Accueil Divers

Il vient d’obtenir son diplôme universitaire à 60 ans, Maccène Mervil est un Haïtien hors-pair qui vient de loin

Fraîchement diplômé en Sciences de la Gestion, à l’Université PAODES situé à Pacot (Port-au-Prince), le citoyen Maccène Mervil âgé de 60 ans est un modèle unique à sa manière. Le courageux soixantenaire interviewé par la rédaction du journal en ligne Constant Haïti, ne cache pas ses satisfactions pour avoir réalisé un rêve de jeunesse marquant toute sa vie. Celui de boucler son étude universitaire. Un rêve qu’il a chéri et atteint malgré vents et marées.

Né le 10 Décembre 1960 dans la commune de Maïssade, département du centre d’une famille de huits enfants dont il est le second, l’universitaire soixantenaire a débuté ses études fondamentales dans sa ville natale. Arrêté en chemin à cause du décès de ses parents en 1982, trois ans après avoir bouclé le deuxième cycle de l’étude primaire, communément appelé “certificat”, Maccène Mervil a opté pour l’enseignement comme principale alternative dans une école fondamentale privée à Maïssade. Son boulot rapporte moins 150 Gdes mensuellement à cette époque où ses petites sœurs et ses petits frères, dépendent en majeure partie de ce qu’il gagne. «Je suis obligé de laisser l’école en quatrième (9 AF) pour s’occuper de mes frères et sœurs à la mort de mes parents », confie M. Maccène. « J’étais incapable de payer ma scolarité, je n’avais personne pour venir en aide», a-t-il regretté.

Maccène Mervil
Maccène Mervil, diplômé à 60 ans à PAODES Université 🎓

Père d’un enfant en 1985, vivre n’est pas facile pour Maccène Mervil à Maïssade. Il doit nécessairement entrer à Port-au-Prince en quête d’une vie meilleure. Heureusement un cousin, un bon samaritain l’a bien reçu. Et même l’a aidé à trouver un boulot. « J’ai un cousin déjà à Port-au-Prince qui m’a pris avec lui dans sa chambre», reconnaît-il. « Voyant que mon comportement est irréprochable, il m’a référé vers un Directeur au ministère des affaires étrangères qui a été son ami, et je suis donc employé à l’institution», argue Maccène. Dès lors, Maccène est garçon de cour au Ministère des Affaires Étrangères (MAE). Son travail c’est de noyer les fleurs, les arroser et balayer. Nous sommes à cette époque en 1991. C’est à Port-au-Prince que la sa vie prendra réellement une autre dimension coûtant également de lourds sacrifices.

LIRE AUSSI>>  Décès de Charles Dumond Point-du-Jour, Vice-Doyen de la FDSE

L’homme qui s’est épris son attachement à l’éducation, étant employé du ministère, s’est payé des cours archivistiques. Chaque matin il est au ministère avec ses collègues de travail : Arroser les fleurs, gazons et passer le balai. Il a suivi ses cours dans des heures spéciales. Comme archiviste formé, son poste est changé, il a reçu une promotion. Maccène n’est plus garçon de cour. Il devient vite messager.

Maccène Mervil
Maccène Mervil est au milieu de deux filles de sa promotion.

Le courageux, âgé de 33 ans veut aller de l’avant. Il est retourné à l’école en 1993. À cette date M. Maccène devrait continuer en 3ème secondaire. Et, rejoindre ses nouveaux camarades au collège Aventure Semecsaint sise à la rue Timasse, Port-au-Prince. C’est à ces moments qu’Il a trouvé sa femme de cœur et s’est marié en 1994. Mais il n’a pas abandonné l’école. Cependant après plusieurs échecs en classe de « Rhéto », il s’est obligé de faire mea-culpa au profit de ses progénitures. « Pas de choix», a lâché Macccène Mervil. «Je dois prendre soin de mes enfants», a-t-il reconnu. Rien ne sert de courir, il faut juste partir à point, croit-il. C’est un vrai adage pour lui.

LIRE AUSSI>>  Décès de l'ex-ministre de l'Economie et des finances, Yves Romain Bastien

Retourné à ce qu’il croyait être fait pour lui, il est simultanément élève de philo et apprenti théologique en 2013. C’est en 2014 que Maccène Mervil,a dû laisser sa ville natale pour rechercher un mieux être ailleurs. De là, il a fréquenté l’université POADES, pour y étudier les sciences comptables. Mûri de 54 années, il a fait preuve d’un étudiant zélé et brillant. Donc, l’universitaire Maccène Mervil est diplômé, gradué en 2020 en comptabilité à l’âge de 60 ans. Un parcours qui témoigne sa force, sa détermination et surtout sa volonté d’être un homme exemplaire.

Maccène Mervil
Maccène Mervil avec son diplôme universitaire, le 24 mai 2020.

Avec son diplôme, il espère trouver une promotion au ministère des affaires étrangères où il travail actuellement comme comi- administratif. En tant que pasteur, Maccène Mervil entend faire de lui quelqu’un qui apporte son support à autrui : «Aider les enfants qui n’ont pas de parents à aller à l’école», dit-il. «Je veux poser des actions sociales capables d’envoyer les signaux de développement dans le pays », a-t-il soutenu. Il est un Haïtien courageux à imiter dans le vrai sens.

Auteur : Mikélo ALCIMAT, ( Rédacteur- Présentateur- Reporter).
Contacts : (+509)3880 5023/4200 2766.
[email protected]