« Deklarasyon Dawout pou yon rezolisyon nasyonal », le titre d’un nouveau document d’une frange de l’opposition, Lyonel Trouillot explique

Plusieurs organismes de la vie nationale se sont regroupés pour adopter collectivement un nouveau document dénommé « Deklarasyon Dawout pou yon rezolisyon nasyonal ». Via cette déclaration, les adhérents visent le départ de Jovenel Moïse à la tête du pays et compte aider le pays à trouver la voie de la démocratie, si on veut croire l’un des chefs de file de l’initiative, l’écrivain Lyonel Trouillot, lors d’une intervention ce jeudi 20 Août 2020 sous une station de radio.

C’est un regroupement composé de plusieurs partis politiques, d’associations socioprofessionnels, de différents secteurs, précise le poète, Lyonel Trouillot, en indiquant que c’est une déclaration de rassemblement. « il y a aucun moyen pour que le pays puisse trouver le chemin de la démocratie avec Jovenel Moïse. Il ne peut pas y avoir d’élection avec Jovenel Moïse, fait savoir l’écrivain. Jovenel Moïse ne peut pas former un conseil électoral, sinon il contiendra neuf (9) membres du PHTK », martèle-t-il. Il ramasse, continue Lyonel Trouillot en faisant référence au président Moïse, fait des récyclages de plusieurs personnes indexées dans des dossiers de justice.

Il essaie de diviser l’opposition politique, cependant, c’est la majorité de la population qui est mécontente de sa gouvernance, explique l’ancien professeur de littérature française et haïtienne, avant d’ajouter que même la salutation du président de la République est susceptible au mensonge. « Quiconque qui se respecte, prônant des valeurs, protège son honneur ne va jamais participer dans un processus de réalisation d’élection avec Jovenel Moïse, estime l’auteur du livre  » La belle amour humaine « . Plus loin, il souligne que ce n’est pas une affaire d’aimer ou de ne pas aimer Jovenel Moïse. c’est une réalité historique». Dans la foulée, Lyonel Trouillot met accent sur la responsabilité citoyenne. Pour lui, il y a une sorte de déresponsabilisation, de désengagement des citoyens(nes) du pays. Avec un haïtien disant qu’il n’écoute pas les médias haïtiens mais uniquement Radio France Internationale (RFI) c’est grave.

Quand quelqu’un dit qu’il ne s’interesse pas à la vie politique du pays et qui possède une boutique, exploite les consommateurs, implique dans des pratiques frauduleuses, ce n’est qu’un acte de voyou, fustige l’écrivain. Plus loin, le journaliste mentionne deux grands mensonges enseignés par certains citoyens à la population haïtienne. « le premier c’est l’affaire, Nous sommes tous coupables. C’est faux! Nous ne sommes pas tous coupables en commençant par moi, tance Lyonel Trouillot.

Le second mensonge, c’est le discours faisant croire que nous ne pouvons pas nous entendre. Il y a aucun pays au monde où tout le monde est d’accord à l’unanimité. Même les chrétiens ne s’entendent pas sur la bible », argumente-t-il.

Evens CARRIÈRE, Journaliste© Tel: (509) 37 05 0012 Email: [email protected]