Deux grandes dettes sur le plan national et international hypothèquent l’avenir du pays, souligne Thomas Lalime

Le gouvernement MOÏSE/JOUTHE a adopté le mercredi 30 Septembre 2020, le budget 2020-2021 en absence du parlement qui est dysfonctionnel. Le montant du budget s’élève à environ 254 milliards de gourdes contrairement au budget de l’année fiscale précédente qui était estimé a 198 milliards de gourdes. Dans ce nouveau budget, le service de la dette internationale est de 143 milliards de gourdes et la dette nationale affiche 92 milliards de gourdes. Thomas Lalime mentionne ce vendredi 2 Octobre 2020 au cours d’une analyse que ces dettes hypothèquent l’avenir du pays.

« On dit toujours que la dette internationale est un handicap intergénérationnel c’est-a-dire, il y a des générations qui n’étaient pas nées qui vont malgré tout payer cette dette. Donc, le service de la dette internationale hypothèque à long terme l’avenir du pays tandis que la dette nationale, cause préjudice à la population à court terme ; elle affecte la vie des personnes aujourd’hui même », explique Thomas Lalime.

L’économiste poursuit pour faire remarquer qu’à l’intérieur du budget, ’il y a deux grands éléments qui donnent des informations très importantes. Le premier nous informe que le taux de change ne va pas rester bas pour longtemps et l’autre prédit que le taux affectera les prévisions budgétaires du gouvernement, analyse-t-il.

Dans la foulée, le
Le chroniqueur économique rapelle que PetroCaribe est la plus grande dette d’Haïti. La dette est en dollars hors le pays percevoit de l’argent en gourdes. Dans les mois précédents, le taux était 120 gourdes pour un dollar, maintenant c’est 64 gourdes, alors il y a une grande différence pour ces deux opérations. Ce qui montre une grande chute, fait-il comprendre.

Evens CARRIÈRE, Journaliste©
Tel: (509) 37 05 00 12