Fermeture provisoire de certaines stations d’essence: Jean Pablo Sylvain explique…

Plusieurs compagnies pétrolières en Haïti décident ce lundi 12 Octobre 2020, de fermer leurs portes provisoirement, dont le national, Sol, DNC, et Go, confirme le responsable de l’association nationale des propriétaires des stations d’essence(ANAPROSS), Jean Pablo Sylvain. Le gouvernement en place viole le contrat passé entre l’État et les compagnies de pétrole en décidant de ne pas respecter ses obligations, explique-t-il en vue de justifier la grève.

« L’État modifie la structure des prix. Beaucoup d’investisseurs ne veulent pas investir car les autorités de l’État ne veulent pas donner la contrepartie », souligne Jean Pablo Sylvain.

D’après le responsable de ANAPROSS, la majorité des stations d’essence appartiennent à de simple particuliers. Ils ont décidé de risquer avec des prêts bancaires. Cependant, poursuit-il, ils doivent sauvegarder le fonds investi.

Une station d’essence est un investissement à but unique, on peut qu’entreprendre uniquement cette activité dans l’espace, soutient l’habitué du secteur pétrolier depuis 40 ans. ANAPROSS compte plus de 160 compagnies d’essence affiliées et plus de 275 sont en cours d’intégration, précise le responsable de l’association en mentionnant qu’une personne a besoin environ 50 mille jusqu’à 1 million de dollars américain pour créer une station d’essence.

Ces compagnies de produits pétroliers en grève dont Go, le National et Total réclament de l’État une somme d’argent prévue par le contrat signé. Ils ont menacé de rester en grève jusqu’à la satisfaction de la demande.

« Chaque mois, à chaque commande de carburant, la compagnie fait perte d’une quantité d’essence, pourtant nous devons payer correctement, fait savoir le dirigeant de l’ANAPROSS. Imaginons cette perte est estimée à 35 mille dollars. C’est une diminution au niveau du capital toutefois, nous devons payer pour la sécurité de la station d’essence, entre autres, argumente-t-il ».

En faisant allusion à la population constituant la principale clientèle des compagnies pétrolières et qui est la première victime de la grève. Jean Pablo Sylvain répond en admettant la responsabilité des fournisseurs de service pétrolier à l’égard du public. Néanmoins, celui-ci mentionne que le problème existe, depuis plus de deux ans et des démarches légales même institutionnelles ont été entreprises.

Le membre de l’association nationale des propriétaires de stations d’essence enchaine en expliquant le fonctionnement des mafieux du secteur pétrolier. « Il y a un système multinational qui établit les règles du jeu après tout échange avec les autorités Étatiques. Maintenant, ce système multinational a disparu et l’oligarchie haïtienne détient le monopole du secteur, raconte-t-il. Nous savons tous comment cette oligarchie fonctionne. Elles veulent tout, elles nous font du tort en tout en voulant tout contrôler dans le pays, Tance Jean Pablo Sylvain ».

Ils ont touché un grand secteur maintenant. Individuellement, on est faible mais ensemble nous avons plus de force, ils n’attendaient pas à cette union, soutient le responsable de l’ANAPROSS.

Evens CARRIÈRE, Journaliste
Tel: (509) 37 05 00 12