Au moins 5 cas de kidnapping en 48 heures, l’impuissance de l’État est visible, analyse Me Arnel Rémy

Quelques jours après la grève des syndicats de transport dénonçant le phénomène du kidnapping tout en exigeant aux autorités du pays la sécurité sur le territoire, le kidnapping refait surface en grandissant. En moins de deux jours, plus de cinq cas de kidnapping sont recensés dont l’enlèvement de l’avocat, Me Abdias Edumé, le 17 février 2021 à Delmas 19 dans l’après-midi. Cette nouvelle montée du kidnapping, selon Me Arnel Remy, prouve la faiblesse, l’incapacité de l’État d’assumer ses responsabilités.

« Alors que Jovenel Moïse participe au carnaval, formule des paraboles, la population de son côté souffre, fustige le porte-parole du collectif des avocats pour la défense des droits de l’homme, Me Arnel Rémy. Qui assure la sécurité du pays ? Qui sont les commanditaires du kidnapping ? se demande-t-il en poursuivant.

Le représentant du CADO poursuit en indiquant que le peuple haïtien est en danger face à l’insécurité. « Nou mele », crie le juriste. En tant qu’un défenseur des droits humains, je défends le droit à la vie et à la sécurité, précise Me Arnel Rémy. Je vous exhorte à prendre vos responsabilités parce que le peuple haïtien en a marre, lance-t-il en s’adressant aux autorités.

Il faut souligner que, Me Abdias Edumé est le grand frère du président du réseau national des Magistrats haïtiens (RENAMAH), Me Ikenson Edumé. Il est un avocat au Barreau de Petit-Goave, ancien substitut commissaire du gouvernement près le tribunal de première instance de Petit-Goave, de Mirebalais et de la Croix-des-Bouquets. Les ravisseurs sont en contact avec la famille EDUMÉ, aucune rançon n’est encore exigée, a confié au journal un proche de la victime.

Evens CARRIÈRE, Journaliste
Tel : (509) 37 05 00 12

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page