Haïti – Justice : Quatrième semaine de la grève des juges

Ce lundi 1er Mars 2021 marque le début de la quatrième semaine de l’arrêt de travail observé par l’ensemble des juges de la République, via les associations de Magistrat dont l’association nationale des magistrats haïtiens(ANAMAH), l’association professionnelle des Magistrats(APM), le réseau national des Magistrats haïtiens(RENAMAH). Les Juges ont entamé cette série de grève en vue de forcer le pouvoir exécutif à annuler certaines décisions inconstitutionnelles dont le décret mettant trois juges de la cour de cassation à la retraite et celui nommant trois autres.

Rappelons que la décision prise par le pouvoir en place de mettre illégalement les trois juges à la retraite, à savoir Me Yvickel Dieujuste Dabrezil, Me Wendelle Thélot Coq et Me Joseph Mécène Jean-Louis était survenue suite à l’information indiquant que l’un d’entre eux va être le prochain président provisoire. Me Yvickel Dieujuste Dabrezil a été accusé de tentative de complot contre la sûreté intérieure de l’État et Me Jean Louis a été désigné comme président provisoire de la Transition annoncée mais non réalisée.

Il est important de souligner que Me Yvickel D. Dabrezil, a été arrêté le 7 février 2021 aux environs 2 AM à tabarre dans la localité Petit-Bois, ainsi que 17 autres personnes dont agronome Louis Buteau, l’inspectrice Marie Gauthier et deux policiers assurant sa sécurité : Steeven Hérard et Fleurant Jean Nacius.

Me Dabrezil a été libéré le 11 février 2021 suite à une demande en Habeas Corpus par devant la juridiction des référés. Cependant, hier 28 février 2021 marque 22 jours d’incarcération des 17 autres personnes à la prison civile de la Croix-des-Bouquets.

Le président de L’ANAMAH, Me Jean Wilner Morin avait indiqué que l’année judiciaire 2020 – 2021 est selon lui, une année ratée, en raison des multiples arrêts de travail observés par différents acteurs judiciaires ; avocats, juges, greffiers, huissiers.

Considérant le mépris du pouvoir exécutif à l’égard du système judiciaire et sa volonté de ne respecter aucune disposition légale, le pire semble être annoncé.

Evens CARRIÈRE, Journaliste
Tel : 37 05 00 12

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page