Haïti-Insécurité: Joseph Jouthe se déresponsabilise et accuse la presse

Malgré les différentes mesures gouvernementales adoptées pour combattre l’insécurité, les kidnappeurs semblent jurer de ne pas chômer. Une dizaine de personnes ont été enlevées, dont 2 français en moins de 48 heures. Le Premier ministre, Joseph Jouthe, au cours d’une visite au Cap-Haïtien le samedi 10 avril 2021, en voulant se déresponsabiliser a soutenu, que ce sont les journalistes qui offrent des podiums aux bandits pour vanter leur puissance.

Je suis là pour procéder à l’arrestation des malfrats et permettre à la justice de les punir mais il revient aux journalistes de sensibiliser, conscientiser les bandits pour qu’ils changent de métier, a argué le titulaire de la primature.

En ce qui concerne les citoyens qui rappellent toujours que Joseph Jouthe avait avoué avoir l’habitude de parler avec des bandits, l’ingénieur répond, « Joseph Jouthe n’a jamais indiqué qu’il a des rapports avec des bandits. C’est plutôt le résultat de Pierre et de Jacques qui disent ce qu’ils veulent ». « J’ai jamais soutenu de tels propos. J’ai décidé de ne pas répondre à n’importe quelle accusation, a-t-il argumenté ».

Je ne sais pas qui avait donné aux bandits mon numéro de téléphone, d’un coup, plusieurs m’ont appelé, a raconté le chef du gouvernement. J’ai aucun numéro d’un bandit, pourtant des journalistes savent sur quels numéros ils peuvent joindre des bandits, a-t-il fustigé sans citer aucun nom de journaliste.

J’ai enregistré aucun numéro de bandit donc si Izo m’appelle, je parlerai une seconde fois avec lui, a rassuré le chef du conseil Supérieur de la police nationale (CSPN). L’État n’a acheté aucun portable pour moi, a-t-il laissé croire en poursuivant ».

« Les amis de « Izo » apportent pour lui des armes et ils veulent faire croire que c’est moi, cependant, les mesures les plus drastiques comme l’enlèvement des teintes des vitres des véhicules, c’est moi qui les ai prises, a mentionné l’ancien ministre de l’économie et des finances. Dès qu’ils m’appellent, je parlerai encore avec eux et je dirai toujours qui d’entre eux m’avait appelé, a promis Joseph Jouthe ».

Evens CARRIÈRE

Bouton retour en haut de la page