Haïti-enlèvement de cinq Prêtres: L’Église catholique n’entend pas payer de rançon

Cinq prêtres ont été enlevés le dimanche 11 avril 2021 par les bandits du gang
« 400 Mawozo », opérant à la Croix-des-Bouquets. Les ravisseurs ont exigé une rançon d’un million de dollars américains. Au cours d’une interview le 15 avril 2021, le Curé de la paroisse Immaculée conception, Père Frantzy Petit-Homme, a fait savoir que l’église Catholique n’envisage pas donner aucune rançon aux Kidnappeurs. Les séquestrés doivent être libérés sans aucune rançon, a-t-il déclaré.

Dans la lignée, le prêtre a confié que les négociations ont évolué positivement, toutefois, il a choisi de ne pas les révéler pour des raisons personnelles. Parmi les Kidnappés, certains sont âgés de plus de 80 ans et souffrent de plusieurs maladies, a-t-il mentionné. L’église attend la libération des otages sans rançon, a insisté M. Petit-Homme en poursuivant.

Quelle que soit la famille, quelle que soit la personne, nous avons tous peur. Une famille est capitalisée, à cause d’une pratique illégale d’un groupe, a analysé le chrétien.

« Le kidnapping détruit la diaspora ainsi que les Haïtiens vivant en Haïti. Nous devons tous nous solidariser pour freiner ce phénomène car l’Etat nous abandonne, aucune disposition n’a été prise pour combattre correctement l’insécurité », a conseillé le prêtre.

Depuis plus de deux ans, le président Jovenel Moïse promettait de freiner l’insécurité, les différentes mesures adoptées par ses différents gouvernements sont vaines et la situation ne fait que s’aggraver.

Malgré l’intensification de la présence policière dans les rues, les multiples opérations des forces de l’ordre, l’enlèvement des teintes de véhicules, les cas de kidnapping multiplient.

L’ancien Premier ministre, Joseph Jouthe, qui jouait aussi le rôle du chef du CSPN a remis sa démission mardi 13 avril passé au président de la République, après avoir accepté la décision de Monsieur Jouthe, Jovenel Moïse a nommé le ministre des affaires étrangères et des cultes, Dr Claude Joseph, chef de la Primature par intérim, avec la mission principale de freiner l’insécurité en attendant la formation d’un gouvernement inclusif.

Evens CARRIÈRE

Bouton retour en haut de la page