Joseph Jouthe a été forcé à remettre sa démission, laisse comprendre Jovenel Moïse

L’ancien titulaire de la Primature, Joseph Jouthe a démissionné comme chef du gouvernement le mardi 13 Avril 2021 sans donner aucun motif. D’après les dires du président Jovenel Moïse, au cours d’une causerie, jeudi 15 avril 2021 via les réseaux sociaux, l’ex-Premier ministre Jouthe a été contraint de démissionner. Une autorité placée pour sécuriser la population, qui n’est pas capable, est priée de laisser la clé au-dessous de la porte, laisse entendre le locataire du Palais national.

Soulignons, le Premier ministre est le chef du Conseil Supérieur de la police nationale(CSPN), qui est la première institution chargée de la sécurité du territoire national. En nommant Dr Claude Joseph, l’ancien ministre des affaires étrangères et des cultes comme nouveau chef de la Primature, le numéro 1 du Palais national avait précisé que ce changement rentre dans le cadre de sa démarche de combattre l’insécurité.

« Que ce soit le bandit, avec cravate ou sandale, il sera appréhendé. Nous le disons et c’est pourquoi ce changement est effectué à la tête de l’État », a soutenu Jovenel Moïse le jeudi 15 Avril 2021, au cours de son intervention.

« Mesdames et Messieurs qui sont responsables de la sécurité du pays. Ressaisissez Vous ! Vous êtes des fonctionnaires, vous êtes rémunérés pour un boulot donc vous devez effectuer le travail, a tancé l’ancien responsable de l’Agritrans. Nous avons besoin de sécurité dans le pays pour que les activités fonctionnent bien, pour réaliser les élections, a-t-il continué ».

Le peuple haïtien veut vivre, il dit qu’il veut vivre, le peuple a trop pleuré. Une autorité qui ne peut pas garantir la sécurité, nous lui demandons de démissionner, a fustigé le président Moïse.

Plus loin, le chef de l’État a souligné que la police américaine a arrêté le dernier container d’armes à feu que l’un de nos compatriotes vivant aux États-Unis a envoyé en Haïti. Nous devons bloquer les deux armes en amont pour mieux les combattre en Aval, a-t-il argué en annonçant qu’à l’instar du partenariat avec les États-Unis, d’autres accords vont être pris avec plusieurs pays en vue de lutter conjointement contre le trafic d’armes à feu.

Evens CARRIÈRE

Bouton retour en haut de la page