Haïti: Comment sortir de la crise ? Le parti RASANBLE fait une proposition

D’après l’histoire, Haïti est en crise de manière permanente. Rare, est l’année durant laquelle le pays ne connaît pas de turbulences sociopolitiques. Depuis 7 février 2021, le pays vit une nouvelle crise dont la fin est imprévisible. Comme plusieurs autres structures de la vie nationale, le parti politique, RASANBLE, a communiqué une proposition de sortie de crise 30 mars dernier. Tout en expliquant la manière d’en procéder, RASANBLE prône le dialogue, la formation d’une commission de médiation indépendante, un gouvernement d’ouverture, l’élaboration d’une Constitution transparente, la réalisation d’élections.

RASANBLE estime qu’il y a des points autour desquels tous les acteurs concernés doivent s’accorder. « La situation actuelle ne peut absolument pas durer ; le gouvernement actuel n’est pas en mesure de faire avancer aucun agenda dans cet environnement de crise et d’instabilité ; Nous sommes en dehors de tout cadre juridique et la Constitution amendée de 1987 n’est plus un référent ni pour le gouvernement en place, ni pour les acteurs de l’opposition. Il y a donc un vide juridique justifiant la recherche consensuelle d’un accord socio-politique », argumente, entre autres, ce document signé par le président de ladite structure, Innocent Joseph.

Le parti RASANBLE conçoit un processus de médiation par un médiateur local tout en n’écartant pas la présence d’observateurs internationaux comme la Caricom et l’OIF pour son renforcement. Les acteurs doivent observer une cessation des hostilités et le président de la République doit mettre sur la table, des demandes qui pourraient faciliter les discussions dans une perspective de prouver sa volonté de trouver une solution franche à la crise.

La durée du processus de dialogue, les conditionnalités du dialogue, les parties prenantes, les attentes de chaque partie, les résultats attendus vont être mentionnés afin d’arriver à l’obtention d’un accord politique et l’instauration d’un nouvel ordre social, lit-on dans le document.

« Une commission Ad Hoc, composée des acteurs de l’opposition de la société civile et du secteur privé en collaboration avec l’actuel président mettra en place un nouveau gouvernement sous la dictature d’un Premier ministre rassembleur avec une feuille de route clairement définie autour des points qui seront déterminés de manière consensuelle », propose le parti politique RASANBLE, en souhaitant que la personne désignée soit acceptée par l’ensemble des parties prenantes.

Selon ladite proposition de sortie de crise, une commission indépendante appuiera le processus de dialogue et assurera le suivi des décisions pour arriver à un gouvernement légitimement élu sous les auspices d’une nouvelle Constitution.

Avant toutes ces démarches, Innocent Joseph souligne qu’il y a des travaux qui doivent être effectués au préalable dont le retour à un environnement sécuritaire et la reprise des activités économiques.

Evens CARRIÈRE

Bouton retour en haut de la page