Actualités

#Algérie: Président depuis 1999, Abdelaziz Bouteflika retire sa candidature à un 5e mandat suite à des manifestations

Suivre @ConstantHaiti sur twitter

Suivre @Constant Haïti sur Twitter.

Suivre Constant Haiti sur Facebook

Aimez notre pageFacebook pour recevoir nos dernières nouvelles.

Suggérez une correction

Y a-t-il une erreur dans l'article ? écrivez-nous par WhatsApp ou vous pouvez envoyer un E-mail

La candidature à un 5e mandat du président algérien Abdelaziz Bouteflika, en poste depuis 1999, à l’élection présidentielle prévue le 18 avril avait provoqué des manifestations massives dans tout le pays. Il indique toutefois implicitement qu’il restera chef de l’État à l’expiration de son mandat, le 28 avril prochain, l’élection étant reportée.

C’est un coup de tonnerre en Algérie. Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, 82 ans, confronté depuis deux semaines à une contestation inédite en 20 ans de pouvoir, a annoncé lundi renoncer à briguer un 5e mandat et le report sine die de la présidentielle prévue le 18 avril. Le président Bouteflika avait regagné l’Algérie dimanche, à l’issue de deux semaines d’hospitalisation en Suisse pour des «examens médicaux».

Dans un message à la nation publié par l’agence officielle APS, il précise que la présidentielle aura lieu «dans le prolongement» d’une conférence nationale» chargée de réformer le système politique et d’élaborer un projet de Constitution d’ici fin 2019. En s’engageant dans ce texte «à remettre les charges et les prérogatives de président de la République au successeur que le peuple algérien aura librement élu», Abdelaziz Bouteflika indique implicitement qu’il restera chef de l’État à l’expiration de son mandat le 28 avril 2019. «Il n’y aura pas de cinquième mandat et il n’en a jamais été question pour moi, mon état de santé et mon âge ne m’assignant comme ultime devoir envers le peuple algérien que la contribution à l’assise des fondations d’une nouvelle République», déclare Abdelaziz Bouteflika dans ce texte.

«Il n’y aura pas d’élection présidentielle le 18 avril prochain», poursuit le président algérien disant ainsi «satisfaire une demande pressante que vous (Algériens) avez été nombreux à m’adresser». La prochaine présidentielle «aura lieu dans le prolongement de la conférence nationale inclusive et indépendante (…) équitablement représentative de la société algérienne comme des sensibilités qui la parcourent» qui «devra s’efforcer de compléter son mandat avant la fin de l’année 2019», ajoute Abdelaziz Bouteflika.

Noureddine Bedoui, jusqu’ici ministre algérien de l’Intérieur, a été nommé premier ministre en remplacement d’Ahmed Ouyahia, cible aux côtés du président Abdelaziz Bouteflika de plus de deux semaines de contestation inédite en Algérie depuis 20 ans, a annoncé l’agence de presse officielle APS. Bedoui est chargé de former le nouveau gouvernement, selon l’APS. Il est flanqué d’un vice-premier ministre, Ramtane Lamamra, nommé également ministre des Affaires étrangères, poste qu’il a déjà occupé de 2013 à 2017.

Nombreuses réactions
À Alger, la capitale du pays, la nouvelle est accueillie par un concert de klaxons, rapporte une journaliste sur place.

Abdelaziz Bouteflika à Zeralda, dans la banlieue ouest d’Alger, le 10 avril 2016. © Eric Fefeberg, AFP

En France, cette annonce a été saluée par la classe politique. «La France prend acte du renoncement du président Bouteflika» de se présenter à un cinquième mandat à la tête de l’Algérie, a déclaré le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation nationale, Gabriel Attal au journal français Le Figaro. «Je ne crois pas avoir beaucoup d’autres commentaires à faire. Les Algériens tiennent à ce qu’on respecte leur indépendance, leur souveraineté, ils ne veulent pas qu’on fasse de l’ingérence», a-t-il poursuivi.

Le leader de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, a tweeté: «Par sa mobilisation massive, le peuple algérien obtient la satisfaction de sa principale revendication: Abdelaziz Bouteflika renonce à se présenter à la présidentielle. Chapeau le peuple algérien! En France on devrait y réfléchir».

Constant Haïti avec le Figaro et AFP

Suggérez une correction Y a-t-il une erreur dans l'article ? écrivez-nous par WhatsApp

SOUMETTRE UN TEXTE Vous êtes témoin d'un événement, vous avez produit une analyse que vous souhaitez partager ? écrivez-nous par WhatsApp

FAIRE UN DON PAR MonCash Notre journal est indépendant, si vous souhaitez supporter notre travail et le journalisme indépendant, vous pouvez le faire par le service MonCash de la Digicel au (+509) 36 45 70 54.

Suivre @Constant Haïti sur Twitter et Facebook pour recevoir nos dernières nouvelles.

Bouton retour en haut de la page