Actualités

Me Hyppolite Darlens fait le point sur l’exécution de la décision de justice à laquelle Patrick Benoit a été brutalisé

Jean François Patrick Benoit a été fracassé ce mardi 5 mai 2020. Il a eu sa tête brisée, un bras cassé puis fixé à une corde lors d’une exécution d’une décision de justice par le juge de paix de delmas, Yrgneau Ricot.

Ce conflit terrien existe depuis 6 ans, au mois d’octobre 2014 le prétendant propriétaire avait fait sa première apparition>>, a raconté l’homme de loi en introduisant.

L’avocat poursuit en expliquant que la famille Laurenceau avait donné à la famille Benoit une assignation en revendications  du Droit de propriété le 17 novembre 2014 et le procès a débuté le 19 novembre de la même année.

Selon Me Hyppolite Darlens, cette affaire contient bon nombre d’irrégularités. << Comment se fait-il qu’un juge de paix de delmas puisse aller exécuter une décision judiciaire dans la commune de Pétion-ville? S’est-il demandé. Ce n’est qu’une association de malfaiteurs. De plus, la décision ne les avait pas donné la qualité de propriétaire mais fait mention de préférence de la suppression d’un mur servant obstacle à une barrière d’entrée. La famille Benoit occupait cette maison à Vivy mitchell depuis 1892.>>, a précisé l’homme de loi.

Le Magistrat Yrgneau Ricot minimise la situation dʼincapacité physique de monsieur Benoit Patrick suite aux coups reçus. Le juge a déclaré que celui-ci était armé au moment de l’exécution du jugement pourtant d’après certains hommes de loi, Yrgneau Ricot a commis l’infraction de voies de fait suivi de blessures.

Le chef du gouvernement, Jouthe Joseph a réagi le même jour dans la soirée dans un tweet.<< c’est inacceptable et inhumain le traitement qui a été infligé aujourd’hui au Sieur Patrick Benoit. J’ai instruit le Ministre de la justice de diligenter une enquête pour que lumière soit faite sur ce dossier dans un delai ne dépassant pas pas 1 mois>>.

Dans un autre tweet, le chef de la Primature Jouthe Joseph a déclaré qu’aucune société démocratique ne saurait tolérer de pareils actes. D’autant plus, la force utilisée était disproportionnée.

Evens Carrière, Journaliste©

Haïti &#8211; Justice: un pasteur condamné à la prison à vie pour avoir violé une fille de 14 ans


Bouton retour en haut de la page