Accueil Justice

Grâce présidentielle : Joseph Jouthe demande au MJSP de surseoir à la libération des graciés

Suite au scandale provoqué par le dossier des 415 prisonniers graciés auquels certains sont des criminels non encore jugés ou condamnés à perpétuité. Le Premier ministre, Joseph Jouthe demande au ministre de la justice et de la sécurité publique, Lucmane Délille, lors de son quatrième conseil des ministres le 1er juillet 2020, présidé par visioconférence, de surseoir à la libération des prisonniers graciés par le Président de la République Jovenel Moïse. L’information est confirmée par le Secrétaire d’État à la communication, Eddy Jackson Alexis.

Joseph Jouthe a pris cette décision suite au correspondance du ministre de la justice, Me Lucmane Délille, indiquant que des acteurs de mauvaise foi ont probablement trompé la vigilance des autorités, rapporte Eddy Jackson Alexis.

« Des dispositions doivent être prises afin d’appliquer la loi. Si des gens sont impliqués, que ce soit pour influencer ou trafiquer les décisions, ils doivent être révoqués et sanctionnés au regard de la loi », soutient le secrétaire d’État à la communication.

LIRE AUSSI>>  Taux de référence BRH / Taux du jour en Haïti: 16 octobre 2020

Renan Hédouville de l’OPC salue cette décision

Par ailleurs, le numéro 1 de l’Office de la Protection du Citoyen(OPC), Me Renan Hedouville, salue la décision du Premier ministre, Joseph Jouthe tout en félicitant le Président de la République, continue-t-il, qui participe surement à l’adoption de cette mesure. Toutefois, L’OPC demande aux parquets de la République de prendre toutes les dispositions nécessaires afin de traquer les prisonniers qui ont été déjà graciés.

Plus loin, l’institution Étatique de protection des droits de l’homme exhorte l’État de travailler en vue de dégorger les prisons car au niveau des centres carcéraux du pays, ils existent des détenus qui méritent d’être libérés tels que: les prisonniers malades, ceux n’ayant pas de dossier, les prisonniers qui ont déjà purgé leurs peines et qui sont toujours à l’intérieur des peines.

Ce décongestionnement des prisons doit être effectué au regard des normes légales, précise Me Renan Hedouville.

Evens CARRIÈRE, Journaliste
Tel: (509) 37 05 00 12
Email: [email protected]