Actualités

Loi électorale: L’ancien député Abel Descollines rejette les passifs du parlement sur Jovenel Moïse

Les parlementaires opposés au gouvernement ne sont pas fautifs si la loi électorale n’a pas été votée au parlement, selon l’ex législateur mirbalésien, Abel Descollines. Le pouvoir en place aurait voulu même qu’on soit arrivé là et que les élections ne s’organisent pas dans l’idée de s’accaparer du pouvoir et d’imposer une dictature, déclare-t-il.

Suite aux récentes déclarations du président de la République Jovenel Moïse, qui met en défi à quiconque ayant l’intention de lui ôter pouvoir, plusieurs ex-parlementaires dont Abel Descollines, ne cachent pas leur désaccord face au comportement disent-ils dictatorial du chef de l’Etat.

Le représentant de la commune de Mirbalais à la 50e législature qualifie de despotisme les interventions du président Jovenel Moïse qui dévoile selon ses mots clairement son intention de garder le pouvoir. « Je suis le président de la République, il n’y a pas un plus haut chef que moi », a déclaré Jovenel Moïse, tout poursuivant que c’est lui qui passera le pouvoir à un autre, ceci dit-il à qui veut l’entendre.

Abel Descollines entrevoie dans le comportement du chef de l’Etat sa volonté délibérée de ne pas renouveler le pouvoir législatif et les collectivités territoriales. En fait, confie-t-il, les disposions visant à voter une loi électorale et mettre le conseil électoral permanent en fonction n’ont pas réussi au parlement à cause de la détermination de Jovenel Moïse manifestant sa velléité de s’accaparer de tous les pouvoirs. L’opposition n’est donc pas fautive si cette loi n’avait pas été votée, a-t-il déclaré.

Par conséquent l’ancien député demande à la population et aux politiques de se mettre en garde contre les manœuvres despotiques de l’actuel locataire du palais national.

Auteur: Mikélo ALCIMAT, journaliste (rédacteur, présentateur et reporter).
Contacts: (509)38805023/42002766
[email protected]

« Quelle que soit l’élection qui va être organisée. À qui veut l’entendre. Ils ne pourront pas prendre le pouvoir entre nos mains, jamais ! », déclare Jovenel Moïse.

Relire :

Loi électorale: L’ancien député Abel Descollines rejette les passifs du parlement sur Jovenel Moïse