Politique

Les chefs de gangs investiront le Palais national, si rien n’est fait, prédit Evans Paul

Insécurité, Evans Paul prédit le pire

L’ex-Premier ministre Evans Paul croit qu’un jour, les chefs de gangs s’installeront au palais national, si les politiques et la société civile ne se mêlent pas dans la lutte contre la prolifération et l’augmentation du phénomène de banditisme qui sévit dans le pays.

Interrogé sur l’origine, la puissance et les rapports des chefs de gangs et la politique, l’ancien Premier ministre Evans Paul a argué que cela ne date pas d’aujourd’hui. « Le phénomène du banditisme a commencé dans la commune de cité soleil » précise l’ancien chef du gouvernement tout en notant qu’il ne stigmatise pas la zone.

Les relations entre les bandits et la politique, que ce soit dans le camp opposé ou le pouvoir en place ne sont pas bénéfiques pour la société en générale et pour aucun groupe en particulier. Puisqu’elles seront de courtes durées et se tourneront tôt ou tard contre les politiques eux-mêmes, ce qui ternira l’image de l’un comme de l’autre, a avoué Evans Paul.

L’ampleur et la place que le banditisme occupe dans le pays semblent inquiéter l’ex-Premier ministre. « Si rien n’est fait tant de la société civile que de la politique, les chefs de gangs entreront au palais national, a prédit Evans Paul. Le problème est réel, « c’est une urgence nationale » a-t-il affirmé.

Auteur: Mikélo ALCIMAT, journaliste (rédacteur, présentateur et reporter).
Contacts: (+509)38805023/42002766
[email protected]

RELIRE:

Les chefs de gangs investiront le Palais national, si rien n’est fait, prédit Evans Paul

Bouton retour en haut de la page

Vous utilisez un bloqueur de publicités - Ad Blocker

Les publicités nous permettent de vous servir gratuitement et en toute indépendance. Merci de désactiver votre application Ad Blocker pour lire l'article.