Accueil Politique

Reprise des mobilisations populaires : Les intellectuels honnêtes au premier rang, la population au milieu et les politiciens en arrière, annonce Moïse Jean Charles

Le leader de l’organisation politique « Pitit Desalin », annonce dans la presse haïtienne, ce jeudi 17 septembre 2020, la reprise des mobilisations populaires pour la fin du mois d’octobre prochain. Selon lui, les politiciens traditionnels sont convoqués trop facile dans les ambassades. De ce fait, ils vont être au dernier rang, le peuple haïtien au centre et les intellectuels honnêtes en avant, explique-t-il.

Certains membres de l’opposition politique obéissent aveuglément aux américains, à l’exception de quelques uns, affirme Moïse Jean Charles. Il semblerait poursuit-il, que les Américains ne comprennent pas ce qui se passe dans le pays. À la fin du mois d’octobre, au cours des rassemblements de rues, ils comprendront, prédit l’ancien parlementaire.

En réaction au tweet de l’ambassade Américaine, indiquant que les élections doivent avoir lieu le plus vite que possible et des conséquences sont réservées pour les opposants. Le leader du parti politique « Pitit Desalin », laisse entendre que les données sont changées en Haïti. « Les américains peuvent constater qu’il y a émergence d’autres leaders dans la classe politique. Ils peuvent se rendre compte quand ils parlent, tout le monde ne se tait pas, tance Moïse Jean Charles, en réponse à l’ambassade américaine.

LIRE AUSSI>>  Moïse Jean-Charles qualifie de cosmétique la décision de BRH d'injecter 47 millions de dollars sur le marché

« Nous voulons prendre en main notre destin, clame l’ancien candidat à la Présidence. C’est ce mode de comportement des États-Unis d’Amérique qui nous conduit dans cette situation, continue-t-il. Des élections avec cette même machine électorale donnera toujours de la corruption, de la mauvaise gouvernance, de l’insécurité généralisée et autres», martèle l’ancien Maire de la commune de Milot.

Pour énumérer quelques préjudices causés par les États-Unis à Haïti, Moïse Jean Charles considère l’histoire du président haïtien, Jean Bertrand Aristide, en 1990 au pouvoir et le cas du président Estime. Ce sont les Américains qui nous ont donné « Tèt Kale » première et deuxième version, fait-il savoir.

Oui, il doit y avoir Elections, soutient le responsable de la structure politique « Pitit Desalin ». D’ailleurs, je dois conquérir le pouvoir par le biais des urnes, toutefois, les élections doivent être crédibles, précise, l’ancien sénateur du Nord.

« Je me rappelle, des bulletins venant du Nord ne sont pas encore arrrivés au centre de tabulation, cependant, les résultats des élections sont communiqués, raconte Moïse Jean Charles. Mes représentants du Nord, le jour du vote sont transférés à Jérémie. Ceux de Jérémie aux Gonaïves, poursuit-il en argumentant ».

LIRE AUSSI>>  Selon Edmonde Supplice Beauzile, Moïse Jean-Charles a distribué des kits du gouvernement

Les étapes à suivre sont : Changement de Jovenel Moïse par une transition, formation d’un nouveau CEP pour une nouvelle structure électorale, si on laisse croire Moïse Jean Charles.

Evens CARRIÈRE, Journaliste©
Tel: (509) 37 05 00 12