Politique

Haïti-Élections: le dialogue est incontournable entre les acteurs politiques, selon le sénateur Joseph Lambert

Dans la crise actuelle où les dirigeants sont illégitimes, isolés, et leurs actes n’ont aucun contrôle, seule la réalisation des élections puisse conduire au retour de l’ordre constitutionnel. Ce, en passant par un accord de bonne foi entre l’exécutif, le sénat de la République, l’opposition Politique et la société civile, croit, l’ancien Président du sénat Joseph Lambert, afin de permettre la mise en place de mécanisme utile au retour nécessaire de l’État de Droit.  

Constatant que la République a rompu avec l’ordre constitutionnel, démocratique et que le pays se trouve dans une situation difficile, le sénateur Joseph Lambert préconise l’implication de tous les acteurs de la vie nationale capables de réfléchir, dit-il, sur la logique des contrariétés et d’envisager l’opportunité au retour de l’État de Droit en Haïti.


Pour lui, l’unique moyen de sortir Haïti dans cette impasse, est le redressement des institutions et le renouvellement des personnels politiques prévus par la Constitution du 29 mars 1987. Or, soutient-il, cette dernière n’a prévu qu’un seul conseil électoral provisoire, pour en suite établir le Conseil Permanent, qui n’a été jamais monté.


Ainsi, il est de l’intérêt général, leçon apprise, que les acteurs évitent de répéter l’échec et prennent l’option des actions pensées pour le bien-être collectif, sans empressement ni légèreté, a écrit l’élu du Sud-est. « L’État doit retrouver sa composition et recouvre son autorité », a-t-il dit.  


L’organisation des prochaines élections à travers le pays, tout en prenant en compte toutes les opinions des principaux acteurs pour la mise en place d’un accord politique serait la solution, si l’on croit Joseph Lambert à la crise qui enfonce davantage le pays dans la débâcle totale.


Auteur : Mikélo ALCIMAT, journaliste.
Contacts : (+509)388-5023/4200-2766.
[email protected]

Relire :

Haïti-Élections: le dialogue est incontournable entre les acteurs politiques, selon le sénateur Joseph Lambert

Bouton retour en haut de la page