Politique

Menaces contre Me Wendelle COQ: Jude Charles Faustin s’en lave les mains

Le secrétaire général de la primature, Jude Charles Faustin a dénoncé ce qu’il appelle « des tentatives politiciennes » l’associant aux menaces de mort proférées contre Me Wendelle COQ, juge à la Cour de Cassation.

Jude Charles FAUSTIN dit apporter un démenti formel aux déclarations qui font croire qu’il est l’homme derrière les menaces d’assassinat de la Jugesse Wendelle COQ, siégeant à la Cour de Cassation.

Ces menaces seraient faîtes à l’encontre de la Juge suite à la décision de la Cour Cassation de ne pas donner ferveur à la prestation du serment du nouveau Conseil Électoral Provisoire, nommé le 18 Septembre 2020  par le Président de la République.

En fait, la juge serait, suivant les menaces reçues la responsable de l’infirmation du quorum nécessaire à cette cérénomie de prestation de serment, en date du 22 Septembre 2020 à la Cour.

Les différentes déclarations publiques pointent du doigt Charles FAUSTIN, secrétaire général de la primature comme étant le conducteur de ces messages d’intimidations et de menaces de mort contre Mme. Wendell COQ.

Selon, l’accusé ces déclarations tendant à ternir son image sont l’oeuvres des politiques, orchestrées par la presse pour des raisons inavouées et inavouables.

Pour se défendre, il se dit être un démocrate convaincu, responsable, et croit à la pluralité des idées. D’ailleurs, écrit-il: « J’ai construit toute ma carrière d’homme d’État en prônant le vivre ensemble, la stabilité politique ». Du chevillé au corps, il est un combattant contre l’assassinat du caractère des citoyens et citoyennes crédibles au-dessus de tout soupçon, soutient-il.

Il encourage, alors les différents acteurs à faire preuve de sérénité, de retenue dans les débats et pratiquer les valeurs démocratiques qu’ils prétendent à défendre pour le bien de la République.

Auteur : Mikélo ALCIMAT, journaliste.
Contacts : (+509)3880-5023/4200-2766.
[email protected]

Relire :

Menaces contre Me Wendelle COQ: Jude Charles Faustin s’en lave les mains