Port-au-Prince: Le Barreau annonce la réouverture des cabinets d’avocats et l’organisation d’une marche pacifique, le 5 Octobre prochain

Le Barreau de Port-au-Prince, au cours d’une conférence, le lundi 28 Septembre 2020, annonce une cérémonie pour la réouverture des firmes d’avocat et l’organisation d’une marche pacifique dans la capitale le 5 Octobre 2020, en vue de rappeler, un mois après, l’assassinat de l’ancien Bâtonnier de l’ordre des avocats de Port-au-Prince, Me Monferrier Dorval. Me Patrick Pierre-Louis et Me Marie Suzy Legros, respectivement conseiller et Bâtonnière a, i du Barreau de Port-au-Prince, qui ont intervenu, ont renouvelé leur conviction pour aller jusqu’au bout vers la condamnation de tous les coupables de l’assassinat de Me Dorval.

« Un mois déjà, qu’on a abattu Me Monferrier Dorval, les assassins sont dans la ville », laisse entendre Me Patrick Pierre-Louis.

Le professeur d’Université poursuit en expliquant qu’il y a pas lieu de décourager dans la quête de justice pour l’ancien constitutionnaliste. Les avocats sont convaincus et la résistance de la société demeure. « Nous chercons jusqu’au bout, justice pour Me Dorval ainsi que les autres personnes anonymes tuées dans les quartiers populaires, soutient Me Pierre-Louis ». « L’assassinat de Me Monferrier Dorval est moralement imprescriptible », indique le conseiller du conseil de l’ordre de la capitale.

D’entrée de jeu, la Bâtonnière a.i du Barreau de Port-au-Prince Me Marie Suzy Legros, souligne que le rapport de la direction centrale de la Police Judiciaire (DCPJ), relatif au dossier de l’assassinat de Me Dorval n’est que partiel. Elle indique que la DCPJ a pour devoir de continuer son enquête afin de rédiger un rapport final. Ainsi, ce rapport sera transféré au cabinet d’instruction. Le 27 septembre écoulé, le Magistrat Renor Regis a été désigné pour instruire l’affaire, rappelle la première avocate de la capitale.

« Nous avons déjà contacté le parquet de Port-au-Prince, la DCPJ, maintenant il nous reste le cabinet d’instruction pour que nous restons proches du dossier afin d’arriver au jugement. Nous ne disons pas arrestation mais plutôt jugement », explique Me Marie Suzy Legros. «  il y a ce qu’on appelle, auteur intellectuel. Il faut que le montage de l’assassinat soit connu afin de savoir comment ils nous ont assassinés avant de réaliser leur forfait, soutient la Bâtonnière a, i de Port-au-Prince ».

Après la cérémonie de réouverture des cabinets d’avocat, une marche débutera devant la cour de cassation pour aller prendre fin devant le cabinet Dorval, informe Me Legros. Des banderoles, des pancartes et tous qui pourraient rappeler à la société haïtienne, l’assassinat de Me Monferrier Dorval seront apposés sur tout le parcours, explique-t-elle en précisant que cette dite marche sera organisée dans toutes les 18 juridictions du pays.

Dès que la justice n’est pas encore rendue pour Me Dorval, il ne reposera pas en paix. D’ailleurs il sait que nous avons le devoir et nous pouvons le faire, soutient la responsable par intérim du Barreau de Port-au-Prince.

Evens CARRIÈRE, Journaliste©
Tel: (509) 37 05 00 12