Corruption

Petrocaribe : les arrêts de débet seront disponibles dès les 3 premiers mois de la prochaine année fiscale

En vue de clôturer le dossier Petrocaribe pour les suites de droit, le président de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (CSCCA), Rogavil Boisguéné a fait savoir, le mardi 29 septembre 2020, que des arrêts de débet relatifs au dossier Petrocaribe vont être disponibles dès les trois premiers mois de la prochaine année fiscale.

Le numéro 1 de la CSCCA, indique que les conseillers de l’institution qu’il dirige ainsi que lui reçoivent des menaces via téléphone.

« Nous sommes en train de travailler. Comme nous avons dit, lors de la publication de la dernière partie du rapport de Petrocaribe, à partir du 1er octobre, nous allons mettre le cap sur les arrêts de débet », explique Rogavil Boisguéné.

Le président de la CSCCA poursuit en précisant qu’il n’y a pas de délai pour les arrêts de débet car la cour fait un travail technique. Tout délai doit être respecté, c’est pourquoi il prend le soin de donner aucun délai, laisse-t-il comprendre en ajoutant seulement que les arrêts de débet concernant l’affaire Petrocaribe vont être disponibles dès le premier trimestre de cette nouvelle année fiscale.

Nous avons connu la période de crise sociopolitique dénommée « Pays locks », ensuite vient la pandémie de la Covid-19, qui rendaient la cour dysfonctionnelle, rappelle Rogavil Boisguéné. Nous étions dans une situation difficile. Par conséquent, nous avons mis les bouchées doubles afin d’arriver à la publication de la dernière tranche du rapport de Petrocaribe, continue-t-il.

La CSCCA travaille actuellement sur le rapport relatif aux transactions financières et les dépenses publiques, d’après les dires du titulaire de ladite institution de contrôle. La finalisation du rapport sus-cité va permettre aux actuels conseillers de la cour d’avoir un bilan de six (6) rapports traités depuis leur venue à la cour supérieure des comptes et du contentieux administratif, si on veut croire le président de la cour, qui reconnait dans la foulée que leur bilan est vraiment pauvre.

Par ailleurs, Rogavil Boisguéné. rappelle que les membres de la cour reçoivent des menaces depuis quelques jours à travers des audios et des appels téléphoniques sous couvert d’anonymat.

« Ils ont envoyé des messages vocaux, ces messages circulaient sur les réseaux et certains médias l’ont diffusés, a indiqué le président de la CSCCA ».
«Ces menaces ne sont pas nouvelles, elles ne nous inquiètent pas car quel que soit le travail qu’une personne effectue, si elle n’a pas trouvé des critiques, croyez-moi, elle est en train de rien faire », a soutenu Me Boisguene.

Evens CARRIÈRE, Journaliste©
Tel: (509) 37 05 00 12

Relire :

Petrocaribe : les arrêts de débet seront disponibles dès les 3 premiers mois de la prochaine année fiscale