Accueil Politique

Ce que vous devez savoir sur « En avant », dirigé par l’ancien député Jerry Tardieu

Tout d’abord, « En avant », précise Jerry Tardieu, n’est pas un parti politique, mais plutôt un mouvement politique qui vise l’inclusion, le rassemblement. Cette structure se compose d’un ensemble d’organisations de la société civile, de partis politiques et autres, explique le coordonnateur national a.i de « En avant », ce mercredi 7 Octobre 2020 lors d’une intervention médiatique.

Selon les explications de l’ancien parlementaire, le nom « En avant », vient d’une inspiration historique. Pour argumenter, il raconte l’histoire de Capois la mort, qui malgré plusieurs de ses soldats ont été abattus au cours d’une guerre, son cheval tué, il criait « En avant », avec son épée en main.

L’ex-représentant de la commune de Pétion-ville dans la 50e législature indique que la formation de ce mouvement politique qu’il dirige est réalisée par un groupe de citoyens qui veulent défendre leurs idées, qui décident de combattre ce qui n’est pas juste. « En avant » comprend des étudiants, des chanteurs, des footballeurs, des chauffeurs, des marchands et de grands intellectuels, laisse-t-il croire en ajoutant que cette nouvelle structure politique est l’expression de l’émergence d’un ensemble de jeunes, elle exprime le rêve de la majorité silencieuse.

LIRE AUSSI>>  Tempête tropicale Laura: décès d'une fillette de 10 ans au centre-ville d'Anse-à-Pitres

Le but du mouvement politique « En avant », est de lutter contre tout ce qu’il estime mauvais, comme le décret électoral qui forme le conseil électoral sans passer par-devant le Parlement, sans aucun consensus et qui donne aux conseillers la mission de modifier la constitution, souligne le PDG et cofondateur de l’hôtel Royal Oasis.

La création de « En avant » est le fruit d’un constat, si on veut croire Jerry Tardieu. « Il y a une méfiance de la part de la population à l’égard des acteurs politiques. Il y a un désintéressement du côté de la jeunesse au sujet de la politique, elle veut tout laisser tomber. Enfin, il y a une perte de confiance généralisée, c’est pourquoi nous venons avec une fraîcheur, de nouvelles têtes, de nouvelles idées en faisant un rassemblement social et politique pour le progrès au profit de tous », laisse entendre l’entrepreneur.

En questionnant l’ancien député de Pétion-ville sur la différence entre l’organisme politique qu’il dirige et les autres structures politiques, il répond : « Nous ne disons pas que nous sommes meilleurs mais à travers les conférences, les séminaires, les initiatives que « En avant » va entreprendre, la différence va être établie.

LIRE AUSSI>>  Vers 201 Gdes pour le gallon de gazoline, 174 Gdes le diesel ?

Par ailleurs, l’auteur de plusieurs ouvrages dont le livre intitulé « Investir et s’investir en Haïti, un acte de foi », avoue qu’il partage les discours de plusieurs partis politiques malgré les divergences, tels que : l’OPL, la fusion, RDNP ayant Eric Jean-Baptiste comme secrétaire général.

« La vision de tout organisme politique est la prise du pouvoir. Nous ne pouvons pas le cacher. Nous estimons que nous avons une bonne vision pour diriger le pays à bon port », argumente l’ancien parlementaire en précisant que sa structure ne va participer dans les prochaines élections avec l’actuel processus électoral.

Il faut mentionner que chaque parti politique va recevoir environ 500 millions de gourdes de la part de l’État pour préparer la compétition électorale.

Evens CARRIÈRE, Journaliste
Tel: (509) 37 05 00 12