Politique

Un membre du secteur démocratique et populaire cherche à mettre le pouvoir en place et ses opposants autour d’une table

Au moment où beaucoup d’organisations politiques de l’opposition s’unissent pour continuer à chercher la démission du président de la République, Jovenel Moïse à la tête de la présidence. Un membre du secteur démocratique et populaire, Walsonn Sanon entame des rencontres en vue de mettre le pouvoir en place et l’opposition politique autour d’une table. C’est-ce qu’a confirmé fermement le concerné, ce mercredi 21 Octobre 2020 dans la presse. Que ce soit, le chef de l’État doit partir 7 Février 2021 ou 7 Février 2022, il doit y avoir une entente autour d’un accord, soutient-il.

Résoudre la crise actuelle, est la responsabilité première du président de la République mais tous les acteurs ont aussi leur part de responsabilité. La corde raide n’apportera jamais de solution à la crise, argumente Walsonn Sanon.

Le membre influent du secteur démocratique et populaire confie qu’il a l’habitude de parler avec Jovenel Moïse tout en précisant que ce n’est pas seulement lui. Peut-être, je suis plus indépendant, explique-t-il.

N’oubliez que ce sont nos mauvais comportements qui permettent l’ascension de Jovenel Moïse au pouvoir. J’ai du mal à comprendre, pourquoi en tant que citoyen, je ne peux pas parler avec le président de mon pays, argue Walsonn Sanon.

« En décembre dernier, lors de la période « pays lock », nous avons organisé plusieurs rencontres chez-moi, comme d’habitude. Au cours de ces rencontres, j’avais demandé de changer de stratégie et même de suspendre avec la formule « pays lock ». J’avais prédit qu’ils pourront pas le faire une seconde fois s’ils laissaient l’ordre rétablit de manière automatique, raconte le dirigeant politique ».

La grande victime du pays lock n’est que les 85% de personnes qui dépendent des revenus quotidiens et de plus cette pratique est mauvaise pour l’économie nationale, martèle le membre du secteur démocratique et populaire, en admettant que sa position est minoritaire au sein de la structure politique à laquelle il appartient.

« Le secteur démocratique et populaire est mosaïque. Nous unissons autour d’une bataille politique mais nous avons aussi des idées contraires. La position majoritaire n’est pas toujours meilleure. D’ailleurs, Kelly C. Bastien, Evallière Beauplan, Manès Louis ne sont pas des opposants radicals », explique Walsonn Sanon.

En ce qui concerne son statut actuel au secteur démocratique et populaire, Walsonn Sanon déclare que personne ne peut pas retirer son statut de membre à ladite structure. Peut-être, Me André Michel pourrait souffrir d’amnésie, s’il pensait le contraire, tance-t-il en ajoutant que Me Michel connait ses différents sacrifices pour le secteur.

Rappelant à Walsonn Sanon que le secteur démocratique et populaire lutte pour le départ de Jovenel Moïse, plaide pour une transition, la conférence nationale, une nouvelle constitution et autres. Celui répond : « tout ceci n’est pas impossible si on s’assoit avec Jovenel Moïse. Pour qu’ils soient possibles, faut-il qu’il y ait un chaos, une guerre civile ?, argumente-t-il sous forme d’une question.

« J’ai rien pris en charge, j’ai pris une responsabilité en tant que citoyen de discuter avec des personnalités pour chercher comment épargner le pays du chaos et c’est ma position arrêtée », précise Walsonn Sanon.

Evens CARRIÈRE, Journaliste
(509) 37 05 00 11

Relire :

Un membre du secteur démocratique et populaire cherche à mettre le pouvoir en place et ses opposants autour d’une table