Politique

“Vous parlez de dialogue, votre Constitution est déjà rédigée, vos experts sont déjà sélectionnés”

L’attitude de Jovenel Moïse, ces derniers jours, reflète une sorte d’incertitude de l’avenir, soutient l’ancien sénateur Jean William Jeanty

L’ancien sénateur du département des Nippes, Jean William Jeanty laisse entendre ce mercredi 28 octobre 2020, au cours d’une intervention médiatique que le président de la République, Jovenel Moïse donne l’impression qu’il n’a pas le contrôle de la situation. Son attitude exprime une sorte d’incertitude, estime l’ex-parlementaire avant de faire croire que le chef de l’État est à la recherche de caution à travers le dialogue qui prône.

Avant tout, il convient de rappeler que vendredi dernier ainsi que le lundi 26 octobre 2020, Jovenel Moïse a fait savoir d’un ton ferme, qu’il a dialogué avec plusieurs membres de l’opposition radicale. Plus loin, il a invité les autres membres de l’opposition au dialogue, pour le bien de la Nation, a-t-il dit.

« Quiconque qui aurait allé dialoguer avec le président de la République serait le dernier opportuniste, tance Jean William Jeanty ». « ou mèt konnen se yon moun k ap chèche yon ti po patat », poursuit-il en précisant que c’est à travers la presse comme tout le monde qu’il apprend que le président a dialogué avec des membres de l’opposition.

Un sujet aussi important, un chef de l’État le transforme en devinette. On doit deviner pour savoir avec qui un président de la République a parlé, analyse le membre de la structure politique dénommée Forum patriotique populaire. À force de le dire, le chef de l’État montre qu’il se ridiculise, poursuit-il.

Pour dialoguer, il faut qu’il y ait des préalables, précise Jean William Jeanty : « Vous parlez de dialogue pourtant vous êtes dans un processus “Adelante”. Votre Constitution est déjà rédigée, vos experts sont déjà sélectionnés, martèle le dirigeant politique ». « Avant de parler de dialogue, vous devez arrêter vos discours, conseille l’ancien membre du grand corps au locataire du Palais national. Il doit y avoir des organisations, des interlocuteurs, des témoins, une méthodologie, un programme, détaille-t-il ».

Le ton du discours de Jovenel Moïse laisse croire qu’il veut se convaincre, avance l’ex-parlementaire. Il exprime une sorte d’inquiétude hors, la force est calme, dit-on, enchaîne-t-il.

Si vous avez déjà mis tout le monde face à l’évidence, pas la peine de proposer le dialogue, déclare Jean William Jeanty.

« Ti pas kout fini, eleksyon se yon obligasyon. Ke w dakò ak prezidan oubyen ou pa dakò, fòk eleksyon fèt », a laissé entendre Jovenel Moïse le mardi 27 octobre 2020.

Evens CARRIÈRE, Journaliste
(509) 37 05 00 12

Relire :

“Vous parlez de dialogue, votre Constitution est déjà rédigée, vos experts sont déjà sélectionnés”