Politique

Multiplication des attaques entre Jean-Charles Moïse et le Secteur Démocratique et Populaire

Les causes profondes qui divisent le leader de « Pitit Desalin » Jean-Charles Moïse et les autres branches de l’opposition, plus particulièrement le Secteur Démocratique et Populaire attendaient l’occasion pour s’éclater.
La 217e année de commémoration de la bataille de Vertières a offert cette occasion. Voleurs, vagabonds, imbéciles, les mots ne manquent pas pour s’en prendre l’un contre l’autre.

Après 217 années de la victoire de à Vertières, on se livre encore à de longues batailles. L’opposition contre l’opposition. Pour quelle issue? Alors qu’au début, le départ de Jovenel Moïse a été au centre des grandes mobilisations. Un constat est certain, l’opposition s’entredéchire et veut le déboulonnement de l’un ou l’autre, à l’unique profit, inévitablement du régime au pouvoir.

En fait, les déclarations publiques qui découvrent la voile de ce schisme profond sont entendues à l’occasion de la 217e années de la victoire de la bataille de Vertières.

Si l’on croit le leader de « Pitit Desalin » Moïse Jean Charles, ses pairs de l’opposition radicale ont leurs mains trempées à fond dans la corruption. Ce serait selon lui parmi les causes auxquelles il a pris ses distances publiquement, Jean-Charles Moïse dit vouloir créer une autre classe politique avec les jeunes (étudiants et professionnels), les ouvriers, les femmes et hommes issues des quartiers populeux.

Ainsi, l’ex-sénateur et opposant farouche au régime du PHTK, Moïse Jean Charles, se déchaîne contre ses amis ou anciens amis de l’opposition, qu’il traite de vagabonds de voleurs. Donc, Il leur déclare la guerre. « Je mettrai fin à cette classe politique traditionnelle, corrompue », a-t-il lâché lors de sa mobilisation le mercredi 18 novembre 2020, devant l’ambassade américaine à Tabarre.

De son côté, le porte voix du Secteur Démocratique et Populaire, Me André Michel dénonce l’attitude de son ancien allié de l’opposition qui joue le jeu du pouvoir en place, affirme l’avocat. En effet, Jean-Charles Moïse serait la doublure de Jovenel Moïse, si l’on a bien saisi les allégations de l’avocat André Michel. « La tête de l’opposition et les fesses du pouvoir (Tèt opozisyon bouda pouvwa», tacle-t-il. « Nous vous découvrons, imbécile (nou wè w, enbesil)», s’est-il énervé.

Un duel qui sème le désespoir parmi ceux qui veulent voir la fin du règne de Jovenel Moïse le 7 février 2021. Alors que, des leaders proches de l’opposition brisée, tentent d’arrêter l’hémorragie.

Si pour certains politiciens et militants de l’opposition le problème à André Michel et Moïse Jean Charles est personnel, il fallait le résoudre en privé. Pour sa part, l’ancien sénateur Antonio Cheramy, dit Don Kato, espère qu’on jette un peu de l’eau pour adoucir la tension.

Cependant, ces contradictions au sein de l’opposition semble faire la joie des partisans du régime en place, qui silencieusement vacillent et s’appuient sur les différentes prises de parole choquantes de leurs opposants pour continuer leur chemin paisiblement.

Auteur : Mikélo ALCIMAT, journaliste.
Contacts : (+509)3880-5023/4200-2766.
[email protected]

Relire :

Multiplication des attaques entre Jean-Charles Moïse et le Secteur Démocratique et Populaire

Bouton retour en haut de la page

Vous utilisez un bloqueur de publicités - Ad Blocker

Les publicités nous permettent de vous servir gratuitement et en toute indépendance. Merci de désactiver votre application Ad Blocker pour lire l'article.