Justice

Haïti : l’OPC s’inquiète de l’arrêt de travail des Parquetiers

L’Office de la Protection du Citoyen (OPC) exprime ses profondes inquiétudes suite à l’arrêt de travail des commissaires du gouvernement des dix-huit (18) juridictions du pays. Une grève lancée par le Collectif des Magistrats Debouts d’Haïti (COMADH), du 23 au 27 novembre 2020.

Dans un communiqué de presse daté du 24 novembre 2020, l’Office de la Protection du Citoyen (OPC) dit constaté que l’arrêt de travail des parquetiers a bénéficié de la solidarité d’autres associations de Magistrats dont l’Association Nationale des Magistrats Haïtiens (ANAMAH) et le Réseau National des Magistrats Haïtiens (RENAMAH), ce qui pourrait porter atteinte à la population, si l’on croit Me Renan Hédouville.

L’Office de la Protection du Citoyen rappelle que, en pleine période de pandémie de Covid-19, le système judiciaire haïtien a connu divers mouvements de grève, dont celui de l’Association Nationale des Greffiers Haïtiens (ANAGH) qui a durée plus de deux mois. Une trêve a été observée suite à des discussions engagées avec le ministre de la Justice et de la Sécurité Publique, reconnaît-il.

En plus, le dysfonctionnement de la Cour d’Appel de Port-au-Prince depuis plus d’un an ne fait qu’aggraver davantage le phénomène de la détention prévention prolongée, a-t-il soutenu.

Malgré sa délocalisation en raison du climat d’insécurité au bicentenaire, la Cour n’est toujours pas en mesure d’organiser des audiences, a souligné l’OCP.

Malheureusement, regrette-t-il qu’un désaccord sur la question entre le MJSP et CSPJ serait à l’origine d’une telle situation. À titre d’exemple de nombreux citoyens arrêtés depuis plus d’un an deviennent des oubliés de la cour d’appel de Port-au-Prince ou du système judiciaire haïtien, en général.

Dans le but de freiner cette grève qui vise à exiger de meilleures conditions de travail, le paiement des arriérés de salaires dûs aux Parquetiers, entre autres. “L’Office de la Protection du Citoyen invite le ministre de la Justice et de la Sécurité Publique à engager, dans les plus brefs délais, des discussions franches et sincères avec le Collectif des Magistrats Debout d’Haïti (COMADH) dans la perspective d’une solution pacifique dans l’intérêt des détenus qui sont les premières victimes de cette situation.

L’OPC souhaite que les autorités concernées prennent toutes les mesures nécessaires en vue d’adresser cette épineuse question de disparités de traitement et d’arriérés de salaires dûs aux Parquetiers.

Auteur : Mikélo ALCIMAT, journaliste
Contacts : (+509) 3885023/42002766
alcimatmikelo2@gmail.com

Mikélo ALCIMAT

Journaliste - rédacteur de Constant Haïti
Bouton retour en haut de la page