Politique

Élaboration d’une nouvelle Constitution : le courage de Jovenel Moïse ressemble à celui de Charles de Gaulle, estime le ministre Claude Joseph

L’initiative prise par le président Jovenel Moïse d’adopter une nouvelle constitution continue son chemin pour prendre fin avant les élections prévues pour l’année prochaine. Le courage exprimé par Jovenel Moïse à travers ce projet est semblable au courage de Charles de Gaulle lors de la naissance de la quatrième République française, soutient le ministre des affaires étrangères, Claude Joseph, ce jeudi 3 décembre 2020 par voie de presse.

Bon nombre de citoyens dont Madame Mirlande Hyppolite Manigat affirment que la constitution est source de conflits. Elle a fait par des articles, un grand plaidoyer pour l’adoption d’une nouvelle constitution, argue Claude Joseph.

Dans la lignée, à propos d’un tweet daté 24 novembre 2020 fait par le ministre Joseph, auquel il a sollicité l’accompagnement technique de l’organisation internationale de la francophonie (OIF), celui-ci précise qu’il n’a pas demandé à travers le message la participation de l’institution étrangère dans l’élaboration de la charte fondamentale mais plutôt l’inviter à venir y constater.

Élaboration d'une nouvelle Constitution : le courage de Jovenel Moïse ressemble à celui de Charles de Gaulle, estime le ministre Claude Joseph wp 1607042849259
Claude Joseph en République Dominicaine. 12/20

« Je les invite à venir vérifier que la nouvelle constitution reflète le projet, l’ambition des citoyens. C’était une invitation à un regard extérieur mais non pas une expertise pour la rédaction de la constitution, précise le diplomate ».

« Contrairement aux rumeurs circulant dans la société haïtienne voulant faire croire que l’initiative de l’élaboration de la nouvelle constitution est un projet personnel du chef de l’État, que la constitution est préfabriquée, que le pouvoir en place, à travers ce document tend à implanter un régime dictatorial, je voulais inviter les partenaires internationaux à constater l’inverse », explique le titulaire du ministère des affaires étrangères et des cultes.

Au sujet du manque de légitimité populaire du projet, Claude Joseph laisse croire qu’il y a des personnes qui vont adhérer au cours de route. Ce sont Elie Lescot, le président Dumarsais Estimé, ainsi que le président Magloire qui voudraient changer la loi mère à l’époque pour leurs intérêts personnels, martèle-t-il en poursuivant.

« Aucune constitution est éternelle, elle doit-être ajustée avec le temps, soutient le ministre d’un ton ferme ».

À noter, toutes les structures de l’opposition politique, des organisations de la société civile, différents secteurs de la vie nationale indiquent que la constitution en vigueur cause beaucoup de différends et même des préjudices à la population. Cependant, l’amendement ou la modification de la loi mère ou l’adoption d’une nouvelle doit-être le résultat d’un consensus national. De plus, la fédération des barreaux d’Haïti (FBH) avait mentionné le caractère inconstitutionnel et illégal de cette démarche.

Evens CARRIÈRE, Journaliste
Tel: (509) 37 05 00 12

Evens CARRIÈRE

Journaliste de Constant Haïti
Bouton retour en haut de la page