JusticePolitique

Le BAI et le RNDDH sont des alliés de Fanmi Lavalas, selon Me Rockfeller Vincent

En l’occasion des 72 ans d’adoption de la déclaration universelle des droits de l’homme (DUDH), le 10 décembre dernier, marquant la journée internationale des droits de la personne humaine. Le ministre de la justice et de la sécurité publique, Me Rockfeller Vincent, au cours d’une conférence organisée par la commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH), a qualifié les organisations des droits humains en Haïti, d’institutions de déstabilisation. Pour lui, ces structures veulent que la prise du pouvoir, leur objectif c’est d’effectuer un coup d’État.

Selon le ministre de la justice, le bureau des avocats internationaux (BAI), ainsi que le réseau national de défense des droits humains (RNDDH), sont des alliés du parti politique Fanmi Lavalas.

Le gouvernement est inquiet à ces fabricants, ces partisans, a soutenu Me Rockfeller Vincent. Le gouvernement reste alerté à toutes formes de dérives, a-t-il poursuivi.

D’après l’ancien directeur général de l’unité de lutte contre la corruption (ULCC), le BAI et le RNNDH sont des anciens lobbyistes de l’ancien président Jean Bertrand Aristide. Ce sont des fabricants de violation des droits humains, a-t-il laissé entendre, avant de faire référence au journal Alterpresse qui avait révélé que le RNDDH supportait le parti politique MOPOD en 2013. « Le RNDDH avait effacé sur son website tous les rapports relatifs à cette structure », a laissé croire le membre du conseil supérieur de la police nationale(CSPN).

IMAGE : À propos de Me Rockfeller Vincent

Soulignons, cette intervention amère du ministre Rockfeller Vincent est survenue suite au rapport du département du trésor américain ayant indiqué que deux anciens membres de l’administration publique du gouvernement MOÏSE/JOUTHE ainsi qu’un chef de gang qualifie d’allié du pouvoir en place par des rapports des organisations de droits humains dont le RNDDH et la structure (FJKL), sont sanctionnés par le gouvernement américain pour leur participation dans le massacre de La Saline en novembre 2018. Ce sont respectivement, l’ancien ministre de l’intérieur des collectivités territoriales, (MICT), Fednel Monchery , l’ancien directeur départemental de l’Ouest, Joseph Pierre Duplan et l’ancien policier Jimmy Cherizier, actuel chef de file de la fédération des gangs armés dénommée “G9 an Fanmi e alye”.

Ces trois accusés sont interdits d’entrer aux États-Unis et leurs biens sont saisis par la justice américaine.

Evens CARRIÈRE, Journaliste
Tel: (509) 37 05 0012

Evens CARRIÈRE

Journaliste de Constant Haïti
Bouton retour en haut de la page