Insécurité : Quand Léon Charles se plaint de la montée du kidnapping

En ce premier mois de l’année 2021, le kidnapping semble devenir un fait divers avec la répétition des multiples cas enregistrés. Pour que l’institution policière ne donne pas l’impression d’être inactive, le directeur général de la police nationale d’Haïti (PNH), Léon Charles s’adresse à la population ce vendredi 29 janvier 2021 à travers un court discours pré-enregistré. Dans le contexte sociopolitique actuel, la PNH se trouve dans une situation difficile, confie Léon Charles.

Les conflits entre le pouvoir en place et l’opposition politique ne favorisent pas le travail de la PNH, explique le titulaire de la direction générale de la police nationale. À cause de l’alimentation des gangs en armes à feu, la société dans son ensemble vit des épreuves terribles. Certaines familles sont appauvries, plusieurs autres sont traumatisées, poursuit-il, tout en présentant, au nom de l’institution qu’il dirige ses sympathies aux victimes. 

Quel type de Police voulez-vous pour Haïti aujourd’hui ? demande Léon Charles, d’un air triste.

 « Le travail serait plus efficace si le taux des crimes n’étaient pas aussi élevés. Ce serait plus facile si la société était moderne. De nos jours les crimes sont en train d’être généralisés, or, ils devraient être une exception », se plaint le membre du conseil supérieur de la police nationale (CSPN).

Le numéro 1 de la PNH enchaîne en déclarant que l’insécurité ne peut pas affaiblir la détermination de la Police nationale d’Haïti durant son commandement, c’est  pourquoi, dit-il, qu’il exige à tous les troupes un devoir de résultat.

« Nous sommes déterminés à traquer tous les gangs armés voulant mettre le pays en otage. C’est une obligation envers moi-même, c’est une obligation envers le pays, envers notre famille, envers la société et c’est une obligation pour l’honneur de la police nationale », soutient le premier des policiers haïtiens.

Tous les hors la loi seront arrêtés par la police, tente de rassurer Léon Charles, en voulant faire croire que l’institution policière a commencé de le faire depuis 2 mois.

Par ailleurs, le directeur général de la PNH sollicite la collaboration de la population afin d’aider la police dans la lutte contre l’insécurité.

Evens CARRIÈRE, Journaliste 

Tel : (509) 37 05 00 12 

Bouton retour en haut de la page