Insécurité

Pourquoi les 2 Dominicains et Tinèg ont été remis à Magalie Habitant ? elle explique

Le jeune Haïtien Junior Albert Augusma qui jouait la fonction d’interprète pour les deux Dominicains a révélé, le lundi 1er mars 2021 lors d’une interview que lors de leur libération à Gran Ravin, l’ancienne directrice du SMCRS, Magalie Habitant était venue sur les lieux en vue de leur emmener à la DCPJ. En signe de réaction, Magalie Habitant au cours de la même émission a confirmé les révélations du jeune interprète en expliquant qu’elle a été contactée par une instance étatique pour aller chercher les séquestrés.

Le fait d’aider quelqu’un ne veut pas dire qu’on est concerné dans une affaire, argumente Magalie Habitant.

« Les ravisseurs allaient libérer les victimes en les déposant dans une rue. J’étais chez moi, une instance concernée m’a appelé et m’a demandé d’aller chercher les anciens kidnappés et de les emmener à la DCPJ. Je l’ai fait en vue d’aider mon pays, d’aider mes compatriotes haïtiens en République dominicaine, explique l’ancienne DG du SMCRS. Je suis consciente que c’était risqué car ma vie était exposée mais j’ai pu leur remettre à l’instance concernée qui de son côté a emmené les deux Dominicains et le jeune interprète haïtien à la DCPJ, continue-t-elle ».

En demandant à Magalie Habitant d’identifier l’instance concernée citée, elle laisse entendre, « Si un incident est arrivé dans un pays, l’actuel gouvernement doit entreprendre des contacts capables de l’aider. Sans faire référence à la commission nationale de désarmement, démantèlement et réinsertion (CNDDR), elle rappelle qu’il existe une instance au niveau de l’État qui a l’habitude de communiquer avec les bandits afin de les sensibiliser.

« Le gouvernement n’a rien à voir avec le phénomène du kidnapping. Le kidnapping ne fait que détruire le pays. J’ai jamais participé à des activités illégales. Dès qu’il s’agit d’une affaire qui concerne le pays, je ferai tout pour le faire », argue Magalie Habitant donnant l’air bouleversé.

Rappelons que le chef de gang de grand ravin connu sous le sobriquet
« Ti Lapli », avait déclaré au micro d’un confrère qu’il a décidé de faire aussi des séquestrations contre rançon parce que le président Jovenel Moïse a arrêté de leur rémunérer depuis un certain temps.

Evens CARRIÈRE, Journaliste
Tel : (509) 37 05 00 12

Evens CARRIÈRE

Journaliste de Constant Haïti
Bouton retour en haut de la page