Insécurité

Haïti: Les responsables du Kidnapping d’après Me Jaccéus Joseph

« C’est l’union d’une frange des gangs armés avec les hommes de l’armée ainsi que la police nationale d’Haïti qui effectuent les kidnappings », a voulu faire croire le responsable du Bureau des organisations de défense des droits humains (BODDH), Me Jaccéus Joseph, le mardi 6 avril 2021, au cours d’une intervention médiatique.

Si le kidnapping n’était pas officiel, les autorités de l’État mettraient une fin au phénomène, a argué l’homme de loi.

« C’est un policier qui me l’a fait savoir. Le policier m’a appelé pour partager l’information avec moi, a confié le militant des droits de la personne humaine en indiquant que ce policier est l’un des agents des forces de l’ordre qui a la volonté de combattre le kidnapping ».

D’après Me Jacceus Joseph, les kidnappeurs opèrent avec des matériels de l’État, l’argent de l’État, véhicules de l’État. Un simple appel téléphonique peut suspendre le kidnapping ; les dirigeants de l’État doivent uniquement appeler les bandits et leur ordonne d’arrêter le kidnapping, a-t-il ajouté en argumentant.

Parallèlement, Me Jacceus Joseph a condamné le massacre de Bel-air commis le 1er avril dernier par la fédération des gangs armés dénommée « G9 an fanmi e alye », ayant pour chef de file, l’ancien policier Jimmy Cherizier dit Barbecue.

Ce massacre est commandité par le pouvoir en place qui a utilisé la bande armée « Krache dife » pour l’exécuter, a laissé croire le responsable du BODDH. Ils ont détruit, incendié des maisons. Ils ont assassiné une dizaine de personnes, même les enfants et adultes ne sont pas épargnés, a-t-il détaillé en enchaînant.

Selon les explications de Me Jacceus Joseph, le massacre est perpétré à Bel-air dans le but d’empêcher les mouvements populaires. Le pouvoir en place a implanté ces gangs en vue de préparer les élections pour que Jovenel Moïse soit au Palais national à vie, a-t-il argué.

Evens CARRIÈRE


Bouton retour en haut de la page