Politique

Un membre de l’opposition reconnaît la faiblesse de son camp

Schiller Louidor, membre de l’organisation politique « Fanmi Lavalas » et du secteur démocratique et populaire, Dr Schiller Louidor conseille, ce 21 avril 2021, lors d’une intervention médiatique, à tous les acteurs qui s’opposent au pouvoir en place d’éviter de se critiquer l’un l’autre. Il invite toutes les structures de l’opposition à l’unité tout en solidarisant à l’église catholique, qui a depuis 11 jours, entre les mains des bandits du gang « 400 Mawozo » neuf de leurs religieux.

C’est Jovenel Moïse et le système de sangsues qui constituent l’ennemi, indique Dr Schiller Louidor.

La volonté excessive de devenir président pousse certains à faire deux combats en même temps. Ils luttent contre Jovenel Moïse et parallèlement ils attaquent des dirigeants de l’opposition qui pourraient être considérés pour eux, des obstacles à l’avenir. Il faut arrêter ce double combat, conseille le médecin.

La bataille est une bataille pour chasser Jovenel Moïse, pour dire NON au kidnapping, pour faire remarquer que le pays n’est ni dirigé, ni administré, argue le responsable de Fanmi Lavalas. Élèves, étudiants, Avocats, toutes les catégories sociales, faisons la solidarité avec l’Église catholique, insiste-t-il en enchaînant ».

Au sujet du président du parti Haïtien tèt kale, Liné Balthazar, qui, depuis plusieurs jours, affirme que le référendum prévu pour le 27 juin prochain est techniquement irréalisable, que le processus électoral est exclusif, Schiller Louidor estime que PHTK veut faire de la diversion. Nous n’acceptons pas cela car Jovenel Moïse est égal à PHTK, et PHTK c’est Jovenel Moïse, soutient-il.

« Je veux dire à la communauté internationale qui indique qu’elle en a marre avec l’opposition politique, que nous sommes aussi fatigués avec lui. Elle est responsable de la présence de ces corrompus, vagabonds à la tête de l’État, laisse entendre le dirigeant politique. D’un autre côté, nous conseillons au secteur privé de garder sa distance avec Jovenel Moïse en fixant sa position contre lui, qui son mandat a pris fin depuis le 7 février écoulé. il doit se mettre au côté de la population qui est dans les rues, continue-t-il.

En ce qui concerne le dialogue que certaines structures comptent faire avec le président Jovenel Moïse, Schiller Louidor livre un commentaire: « Quand j’ai entendu que quelqu’un veut dialoguer avec Jovenel Moïse, je me demande à quel titre ? Au nom de TÈT ANSANM, nous disons que Jovenel Moïse est un criminel, un assassin, un incompétent. Depuis 7 février, il n’est plus président ».

Evens CARRIÈRE


Bouton retour en haut de la page