Actualités

M6/Enquête Exclusive : l’Ambassade d’Haïti à Paris dément des allégations dans le reportage «la loi des gangs en Haïti»

L’Ambassadeur d’Haïti à Paris s’en prend au reportage titré «La Loi des gangs en Haïti», paru le 16 Mai dernier dans le Magazine Enquête Exclusive sur la chaîne française M6, ayant démontré clairement la complicité de l’État Haïtien à la formation et le maintien des gangs armés dans le pays.

Depuis son apparition à la deuxième semaine du mois de Mai, «La loi des gangs en Haïti» ce reportage diffusé en France, qui étonne certains proches du régime PHTK, ne fait pas marche arrière en ce qui concerne l’étroite relation entre le Pouvoir de Jovenel Moïse et des chefs gangs puissants très recherchés par la Police Nationale d’Haïti (PNH).

Selon les faits rapportés, le Pouvoir en place a banalisé la vie des gens en Haïti au profit des individus armés, qui multiplient leurs actions dans les coins et recoins du pays en toute quiétude. Le cas de la ville de Jacmel qui se tranquillise est une exception rare, ont souligné les enquêteurs.

Devant la connivence des autorités avec les bandits, les forces de l’ordre sont complètement impuissantes et déçues. D’ailleurs l’État haïtien a payé 80 mille dollars américains en vue de récupérer un char blindé pris de force par les bandits lors d’une opération policière ayant coûté la vie à plus de 5 policiers, a indiqué le reportage « La Loi des Gangs en Haïti ». Alors que les corps des policiers tombés sont toujours restés sous le contrôle des gangs armés.

Pour l’Ambassade d’Haïti en France ces informations diffusées sur la chaîne Française M6 seraient totalement mensongères.« L’insécurité observée dans la région de la Capitale est largement alimentée et utilisée à des fins politiques par quelques oligarques opposés aux réformes en cours», a argumenté le chancelier haïtien en France.

Dans cette note de dénonciation le Diplomate haïtien à Paris a même mentionné que toutes les grandes villes de provinces dont les Cayes, Port-de-Paix, Cap-Haïtien, Hinche et Jérémie sont en paix. Un mensonge de plus, si l’on prend en compte les différents actes banditismes perpétrés dans ces villes, notamment à SHADA, un quartier populaire du Cap-Haïtien où la mairie de la Ville s’était obligée de d’anéantir certaines maisons dites refuges des bandits.

L’Ambassade d’Haïti a en fait exigé une retouche de la part du journal en question, pour intégrer dans le reportage ses dires à savoir que le banditisme aurait été orchestré par les politiques et oligarques du pays.

Mikélo ALCIMAT, journaliste
+50938805023
alcimatmikelo2@gmail.com

Mikélo ALCIMAT

Journaliste - rédacteur de Constant Haïti
Bouton retour en haut de la page