Politique

Assassinat de Jovenel Moïse : Jean-Charles Moïse parle d’un coup d’État

Suite à l’assassinat du president de la République, Jovenel Moïse, le 7 fevrier 2021, le gouvernement americain renouvelle son support à Claude Joseph en lui demandant de garder le poste de Premier ministre afin de réaliser des élections en septembre de l’année en cours. Le secrétaire général de la structure politique dénommée « Pitit Desalin », Jean-Charles Moïse, en réaction à la position des autorités américaines, invite, via la presse, ce 9 juillet 2021, la population à se révolter contre l’ingérence des États-Unis.

C’est triste, l’organisation des Nations-Unies prône le respect des droits de l’homme, elle fait de la promotion pour les valeurs démocratiques. Pourtant, Madame Lalime se donne le droit de conseiller à Claude Joseph de rester à la tête de la Primature pour organiser des élections. D’ailleurs, à quel titre ? s’interroge l’ancien sénateur Moïse Jean Charles.

« Vouzan pou nou », déclare l’ancien parlementaire. Commençons par la communauté internationale pour arriver à ses complices. Ils veulent nous garder dans cette situation, ajoute-t-il.

« En vérité, ce plan ne peut pas être exécuté. Enfants, Vieux, réveillez-vous, nous sommes en danger, conscientise le dirigeant politique. Peuple haïtien, préparons-nous à la révolte. Ne laissons pas les étrangers choisir pour nous des dirigeants, insiste-t-il ».

À propos de l’assassinat du chef de l’État, l’ex-Maire de Milot livre son commentaire, « Nous avons cru que c’était un assassinat, maintenant nous comprenons que c’est un coup d’État. Il suffit d’identifier ceux qui sont en première ligne ».

« Est-ce que vous n’êtes pas gênés ? Maintenant vous avez inclus la violence dans la politique. Un adversaire n’est pas un ennemi », laisse entendre l’ancien candidat à la Présidence.

C’est une honte. L’État paie un directeur de police, un Premier ministre pour la sécurité du pays. Voilà le président Jovenel Moïse assassiné comme une poule, regrette l’opposant farouche de Jovenel Moïse.

Evens CARRIÈRE, Journaliste


Bouton retour en haut de la page