Justice

Meurtre de Moïse : Un des suspects avait aidé la DEA à capturer Guy Philippe

Des agents ou d’anciens argents de la Drug Enforcement Administration (DEA) et du Federal Bureau of Investigation (FBI), auraient participé dans le plan d’assassinat du président Jovenel Moïse selon des informations révélées par des sources du média américain CNN. En réponse, la DEA confirme dans un communiqué « qu’au moins un » des suspects travaillait comme informateur de la DEA.

Au moins un des hommes arrêtés par les autorités haïtiennes travaillait auparavant comme informateur pour la Drug Enforcement Administration (DEA) des États-Unis, a confirmé la DEA dans un communiqué en réponse à CNN qui a révélé l’information. « Parfois, l’un des suspects de l’assassinat du président haïtien Jovenel Moïse, était une source confidentielle de la DEA », poursuit la DEA dans ce communiqué.

Selon les informations obtenues par le Miami Herald, il s’agit de Joseph Vincent qui a travaillé pour la DEA en Haïti comme informateur. Ce dernier a même participé à l’arrestation de plusieurs trafiquants en Haïti dont l’ancien sénateur élu de la Grand’Anse, Guy Philippe, en 2017.

« Suite à l’assassinat du Président Moïse, le suspect a contacté ses contacts à la DEA. Un responsable de la DEA affecté à Haïti a exhorté le suspect à se rendre aux autorités locales et, avec l’aide d’un responsable du Département d’État américain, des informations ont été fournies au gouvernement haïtien pour aider à l’arrestation du suspect et d’une autre personne liée », a déclaré la DEA.

Assassinat de Jovenel Moïse : La DEA s’en lave les mains

La DEA a déclaré qu’elle était au courant d’informations selon lesquelles certains assassins auraient crié « DEA » au moment de leur attaque. La DEA a déclaré dans son communiqué qu’aucun des assaillants n’opérait pour le compte de l’agence. D’autres avaient également des liens avec les États-Unis, notamment en tant qu’informateurs pour le Federal Bureau of Investigation (FBI), ont déclaré les personnes informées à ce sujet. Le FBI a déclaré en réponse aux informations de CNN qu’il ne veut pas commenter les informations des journalistes cependant il précise qu’il utilisait des « sources licites pour collecter des renseignements » dans le cadre de ses enquêtes.

Jovenel Moïse a été tué mercredi 7 juillet dans une opération qui, selon les autorités haïtiennes, impliquait au moins 28 personnes, dont beaucoup de mercenaires colombiens embauchés par l’intermédiaire d’une société de sécurité basée en Floride.

Constant Haïti


Bouton retour en haut de la page