Justice

Ce que l’on sait des auditions de Youri Latortue et de Steven Benoit au parquet de Port-au-Prince

Le commissaire du gouvernement en chef du parquet de Port-au-Prince, Me Bed-Ford-Claude avait invité à son bureau les deux sénateurs Steven Irvenson Benoît et Youri Latortue aux fins d’audition suite aux déclarations de ces derniers au sujet de l’assassinat du président de la République 7 juillet 2021. Selon les avocats des deux sénateurs, qui ont s’étaient présentés le 12 juillet au parquet, tout s’est bien déroulé.

« L’ex-sénateur ne sait rien à propos de l’assassinat de Jovenel Moïse. Il ne sait rien, donc il l’a dit au commissaire du gouvernement. C’est une enquête qui est en cours, alors on peut inviter n’importe quel citoyen», a rapporté l’avocat de Youri Latortue, Me Reynold Georges.

« Tout s’est bien passé dans le respect de la loi. Oui, le sénateur Steven Benoit,

 a questionné le comportement des agents de sécurité du président. Qui ne savait pas que le président avait des agents de sécurité ? a argué l’avocat de Steven I. Benoît. Nous avons répondu à toutes les questions qui ont été posées. Nous serons toujours présents en cas de besoin et nous resterons à la disposition de la Justice, a continué l’homme de loi  ».

C’est normal d’inviter un citoyen dans le cadre d’une enquête. En tant que citoyen, en tant qu’un ancien sénateur, la justice l’a invité, a argumenté Me Jean Baptiste. Le plus important pour nous, a-t-il poursuivi, c’est l’aboutissement de l’enquête, il faut que lumière soit faite concernant l’assassinat du président.

« Comme homme d’État, citoyen respectueux de la justice, on nous a invités au parquet, nous sommes venus expliquer que nous ne savons rien à propos de l’assassinat du président. Nous regrettons et condamnons l’assassinat, a expliqué l’ex-sénateur Youri Latortue. Certes, nous sommes dans l’opposition mais en démocratie, c’est l’arme de la dialectique qui est priorisée, a enchaîné l’ancien parlementaire ».

La Justice doit effectuer une bonne enquête afin d’identifier tous les coupables de cet acte crapuleux, a soutenu l’ancien président de l’Assemblée nationale.

Evens Carrière, Journaliste 

Bouton retour en haut de la page