Actualités

L’enquête concernant l’assassinat du président Jovenel Moïse est mal entamée, estiment des hommes d’État

« J'ai remarqué que les enquêteurs ont ignoré le lieu du crime. Je ne sais pas s'il n'a pas été souillé, mais les lieux du crime aident beaucoup à remonter aux assassins en matière d'enquête », a souligné l'ancien sénateur Youri Latortue..

« Oui, la PNH peut faire son enquête parallèlement à l’enquête du commissaire du gouvernement mais une seule institution devait auditionner les suspects, recueillir les informations nécessaires et les partager aux autres institutions », a expliqué l’ancier officier des FAD’H, Youri Latortue, en analysant le déroulement de l’enquête sur l’assassinat du chef de l’État, lors d’une intervention médiatique ce jeudi 14 juillet 2021.

Le parquet est l’instance chargée d’enquêter sur tous les crimes et délits, donc cette institution pouvait être l’instance principale car généralement il y en a une, a enchaîné Youri Latortue.

« J’ai remarqué que les enquêteurs ont ignoré le lieu du crime. Je ne sais pas s’il n’a pas été souillé, mais les lieux du crime aident beaucoup à remonter aux assassins en matière d’enquête », a souligné l’ancien sénateur.

D’après l’ancien ministre de la justice et de la sécurité publique, Me Camille Leblanc, le Parquet de Port-au-Prince est l’instance la plus compétente pour enquêter sur l’assassinat du président Jovenel Moïse. La DCPJ peut auditionner mais elle a des limites. La police travaille pour la justice, a-t-il poursuivi ». « Me Bed-Ford Claude, malheureusement, depuis un certain temps, travaille dans une dynamique de nuisance politique. Il doit faire autrement, travailler dans une autre dynamique. Ainsi, il profitera de l’enquête de la DCPJ, qui va l’aider à poser des questions plus sérieuses tout en donnant l’impression qu’il n’est pas en train de nuire des acteurs politiques », a argumenté l’homme de loi.

L'enquête concernant l'assassinat du président Jovenel Moïse est mal entamée, estiment des hommes d'État hqdefault2832990630061.

« Je ne me trouve pas dans la transparence, a confié Me Leblanc. Le ministère de l’intérieur et des collectivités territoriales (MICT), la police nationale d’Haïti (PNH), la Primature, le Palais national, toutes ces institutions ont un fonds pour des services de renseignements. Cependant, lors de la planification de l’assassinat du président, aucune, d’entre elles, n’a pas été au courant ? c’est extrêmement grave, a fustigé l’ancien ministre.

Evens Carrière, Journaliste

Bouton retour en haut de la page