Politique

Proposition de sortie de crise : que s’est-il passé à Le Villate ? 

Une dizaine de secteurs de la société civile et plusieurs structures politiques, ont décidé ce mi-juillet 2021, d’entamer un processus de dialogue en vue de trouver un accord afin de rédiger en commun, une proposition de sortie de crise. La récente rencontre organisée hier dimanche 18 juillet à l’hôtel Le Villate, a été marquée dès le rassemblement par des injures, casses, disputes violentes. Pour Magalie Comeau Denis, qui intervient dans la presse, ce lundi 19 juillet 2021, cet incident n’a aucune conséquence sur l’avenir de l’accord qui va être adopté dans les prochains jours.

Ce processus de dialogue est dirigé par une commission dénommée « Commission pour la recherche d’une solution à la crise », composée de personnalités de la société civile.

La société civile indique qu’elle décide dorénavant de s’exprimer, qu’elle n’est plus un observateur, un facilitateur mais plutôt un acteur. La politique ne se résume pas avec le pouvoir et l’opposition, souligne le membre du collectif des artistes engagés.

Parmi les partis politiques qui ont pris part aux échanges, nous pouvons citer « Fanmi Lavalas, MOPOD, OPL ». Du côté de la société civile, chaque secteur a désigné un représentant : Joël Joseph Louis représente les paysans, L’Église Épiscopale a désigné Père Frantz Casséus, Maxime Rony pour la POHDH, l’Église protestante a été représentée par le Pasteur Duré, Wilfrid Saint Juste, est le représentant du secteur vaudou. Le bâtonnier du Barreau de Fort-Liberté, Me Yvens Fils représente la Fédération des Barreaux d’Haïti(FBH) et le collectif des artistes engagés a confié le rôle de représentation à Magalie Comeau Denis, entre autres.

Il est à noter que, le secteur privé et la conférence épiscopale ne sont pas représentés. « Certainement, ces deux secteurs ne sont pas représentés mais nous avions rencontré certains de leurs membres, explique la comédienne. Particulièrement, les acteurs de la conférence épiscopale nous avaient confié qu’ils ont fait choix d’observer le déroulement du dialogue en vue de s’assurer que l’initiative n’est pas personnelle avant d’y intégrer, rapporte t-elle ».

« Résoudre l’actuelle crise et assurer que la proposition de sortie de crise adoptée, reflète les différentes revendications de toutes les catégories sociales du pays, sont les deux principales missions de la commission pour la recherche d’une solution à la crise », si on fait foi aux dires de Madame Denis.

QUE S’EST-IL PASSÉ À LE VILLATE ?

La rencontre n’était pas encore commencée, un dirigeant politique parlait très fort dans la salle en faisant des dénonciations non fondées. Celui-ci avait cru que les participants allaient décider sur le document au complet. Pourtant, c’était une partie du document qui était à l’ordre du jour. Sûrement, il était absent lors de la réunion précédente, raconte Magalie Comeau Denis. Les fauteurs de troubles étaient au nombre de 8, environ. Je leur connais parfaitement bien, nous avons l’habitude de rencontrer dans des mouvements de rue, mentionne t-elle »

Evens CARRIÈRE, Journaliste 

Bouton retour en haut de la page