Politique

Le nouveau gouvernement symbolise la continuité, affirme un membre de l’OPL

Les membres du cabinet ministériel du nouveau Premier ministre Ariel Henry, sont connus via un arrêté daté, 19 juillet 2021. Le Coordonnateur national de l’organisation du peuple en lutte(OPL), Edgard Leblanc Fils, affirme ce 20 juillet 2021, dans la presse, que le gouvernement de Monsieur Henry est un gouvernement de la continuité.

Plusieurs de ces ministres sont inconnus pour moi. Ce gouvernement tient compte de la dernière volonté de Jovenel Moise : Claude Joseph et Simon Dieuseul Desras doivent être présents inévitablement, analyse Edgard Leblanc Fils, avant de laisser croire que M. Desras n’était pas un membre de l’opposition, mais plutôt quelqu’un qui était en attente d’un poste ministériel.

« L’une des missions de ce gouvernement devrait être l’aboutissement des enquêtes de différents crimes commis dans le pays. Or, M. Vincent est toujours en poste. Il n’avait pas exprimé la volonté de le faire », continue d’analyser l’ex-sénateur.

Le dirigeant de l’OPL poursuit en mentionnant que le choix d’Ariel Henry comme Premier ministre, a été contesté par plusieurs structures dès sa nomination par l’ancien président Moïse. L’OPL garde sa position initiale, la nécessité d’un dialogue entre toutes les forces vives de la nation afin de former un gouvernement capable de donner une solution durable à la crise, précise-t-il.

Dans la foulée, l’ancien parlementaire admet que les structures politiques et les organisations de la société civile sont toujours en difficulté pour trouver un accord exprimant la volonté de la majorité des entités de la vie nationale. « C’est un fait, les difficultés sont nombreuses. La société, dans toutes ces composantes, est disloquée, ce qui empêche de trouver l’énergie nécessaire pour atteindre l’objectif. Par ailleurs, les difficultés prouvent qu’il y a beaucoup de structures dans le pays qui ont la volonté de trouver une solution à la crise, argue t-il ».

Edgard Leblanc Fils soutient que le nouveau gouvernement ne pourra pas organiser les élections. Même quand ils ont décidé plus loin de former un autre CEP, ils ne pourront rien faire car ils n’ont pas l’appui de différents secteurs de la vie nationale. Le pire, au sein du gouvernement, certaines personnalités sont décriées, ajoute-t-il.

Evens CARRIÈRE, journaliste

Bouton retour en haut de la page