Actualités

HAITI AU SEIN DE LA DANSE DÉMOCRATICO-DÉMAGOGIQUE DE LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE

Abonnez-vous à

@ConstantHaiti

Cap-Haïtien, le 26 juillet 2021

Les affaires haïtiennes ne gardent guère les filles et fils du terroir, il y a belle lurette, ils ne sont que des aliénés chez eux-mêmes. Le régime politique debout en Haïti n’est qu’une chorégraphie démocratico-démagogique conçue, installée par la Communauté Internationale. 

La démocratie est la forme de gouvernement dans laquelle le pouvoir est détenu ou contrôlé par le peuple. Elle peut être : directe, semi-directe, indirecte ou représentative. 

Dans tous les régimes politiques s’articule un ensemble de valeurs pour leurs bons fonctionnements. Dans la Démocratie, toute une panoplie de principes est instituée, à savoir : les libertés (d’opinion, d’expression, d’association…) ; la tolérance politique ; le multipartisme ; la compétence ; les élections justes, crédibles et régulières ; la responsabilité, la transparence ; l’acceptation des résultats ; la participation des citoyens ; le contrôle de l’abus de pouvoir ; l’indépendance de l’appareil judiciaire ; et le grand thème, l’ÉTAT DE DROIT. 

Après la chute des Duvalier, soit le 07 février 1986, il a été question d’adopter une forme de gouvernement autre que la dictature qui nous a privé de nos droits civils et politiques, d’où le vote par voie référendaire d’une nouvelle constitution instaurant la démocratie. 

Les pratiques démocratiques haïtiennes sont nauséabondes, c’est la turbulence, le chaos. La stabilité politique est compromise par l’espoir et le caca hareng donnés par les ploutocrates se croyant colons à celles et à ceux qui ne leur sont que bossales. Les produits de première nécessité et pétroliers ; les Infrastructures routières, électriques, immobilières, sanitaires ; les banques et tout sont sous leurs mains. Ils financent les campagnes électorales à tous les niveaux afin d’élire (de sélectionner) de nouveaux représentants du système qu’ils tempêtent arriver à sa fin, comme ils le font répéter : députés, sénateurs, président et même ceux se réclamant de la classe moyenne. Avec ces gens là, tous les quinquennats sont perturbés, aucun président n’a la solennité démocratique, le pays est administré pour leur compte, ils sont le régime en place et l’opposition. 

Les mêmes causes produisent les mêmes effets. Leurs mauvaises combines, depuis la nuit des temps jusqu’à la publication de ce texte, tiennent l’ÉTAT. Les faits baptisés démocratiques ont fait de la démocratie haïtienne un régime monstrueux, car les libertés fondamentales, les droits (civils, politiques, sociaux, économiques, culturels, environnementaux) y sont irrespectés. La lutte contre le bien-être collectif  se veut permanente, elle est l’unique travail des détaillants-grossistes  de Port-au-Prince se prenant pour bourgeois et secteur privé. 

La Communauté Internationale est la véritable instigatrice et fossoyeuse de la démocratie haïtienne mort-née. Elle ordonne aux présidents le plan d’administration, étale celui de la gouvernance au premier ministre. Cette dernière fait main mise sur la politique afin de répondre avec la plus grande discrimination à la question posée par les révolutionnaires du 18 novembre 1803 à Vertières. Victime de sa grandeur, du nouvel ordre mondial institué, Haïti n’a connu depuis que l’application de la fameuse doctrine du feu président américain James Monroe : « l’Amérique aux américains ». Les états-uniens y font loi comme bon leur semble, ils pérennisent le pays dans la décrépitude, préconisent l’ingérence et l’inélégance politiques par leurs prises de décisions, attèlent nos politiciens, journalistes, nos soi-disant intellectuels à leurs sales boulots. Les ambassadeurs/eures de France, d’Allemagne, d’Espagne, du Brésil, du Canada, de l’Union Européenne (UE), de l’Organisation des États Américains (OEA), des Nations Unies (UN), des États-Unis (USA), s’inclinent aux seuls caprices des USA pour astreindre le modus operandi haïtien. Ils composent ainsi le Core Group qui n’a ni cadre légal, ni fondement. Ces diplomates prennent place autour d’une même table, uniquement pour planifier le mal de la mère de la liberté, HAÏTI.  

Reynoldson MOMPOINT

mompointreynoldson@gmail.com

+50944295797

Abonnez-vous à

@ConstantHaiti


Bouton retour en haut de la page