Abus sexuels: Nella Joseph, la complice de Yves Jean Bart dit Dadou

Dossier Yves Jean Bart. La principale complice de Dadou, président de la fédération haïtienne de football (FHF), est une femme: Nella Joseph. C’est elle qui allait convaincre les filles (souvent mineures) de “voir le docteur” et de repérer celles sexuellement actives ou non. Selon les informations fournies par le journaliste français Romain Molina co-auteur de l’enquête du journal anglais “The Guardian” révélant un scandale d’abus sexuels orchestrés par le président de la fédération haïtienne de football sur des filles de moins de 18 ans au Ranch de la Croix-des-Bouquets (Haïti).

Abus sexuels: Nella Joseph, la complice de Yves Jean Bart dit Dadou
Yves Jean-Bart, président de la Fédération haïtienne de football arrive au tribunal pour une audience concernant les accusations d’abus sexuelles sur mineures à Croix-des-Bouquets, Haïti, jeudi 21 mai 2020. (Photo AP / Dieu Nalio Chery)

Dossier Yves (Dadou) Jean-Bart. Dans une déclaration, la Fifa a confirmé avoir reçu la lettre d’un ancien directeur technique du centre FIFA Goal de la Croix-des-Bouquets où sont reçus des jeunes, en provenance de tous les départements géographiques du pays, désireux de pratiquer le football: Antoine Doret, mais a ajouté que le dossier avait été “fermé par la suite en raison d’un manque de preuves”.

“La Fifa prend toute allégation de mauvaise conduite qui lui est signalée extrêmement au sérieux”, a-t-elle ajouté. “La Fifa a coopéré et continuera à coopérer avec les autorités nationales et internationales compétentes sur toute allégation ou rapport qui lui est confié en toute confiance concernant des abus ou des fautes dans le football et elle traduira en justice toute personne qui corrompt et abuse du football”.

Joseph Varieno Saint-Fleur, le plus ancien vice-président de la FHF, a été nommé président par intérim le mois dernier pendant que Jean-Bart fait l’objet d’une enquête.

C’est ce qu’a déclaré la Fifa dans son communiqué : “En ce qui concerne l’enquête sur les allégations d’abus sexuels en Haïti, suite aux sanctions annoncées précédemment, veuillez noter que cette enquête [est] toujours en cours et que toute autre mise à jour sera fournie en temps utile”.

Un ancien haut fonctionnaire du centre national de football haïtien a accusé le président de la fédération nationale de football d’avoir abusé sexuellement de jeunes joueuses pendant de nombreuses années et a exhorté ses victimes présumées à s’exprimer.

Yves Jean-Bart, connu sous le nom de Dadou, a été suspendu pour 90 jours par la Fifa en mai après avoir affirmé avoir contraint plusieurs filles du Centre technique national de Croix-des-Bouquets à avoir des relations sexuelles avec lui. Il a vigoureusement nié ces allégations, qui ont été faites pour la première fois par des victimes présumées dans un rapport du Guardian en avril, et n’a pas répondu aux demandes répétées de commentaires sur les dernières allégations.

Les victimes présumées du président de la Fédération Haïtienne de Football disent avoir reçu des menaces de mort.

Antoine Doret, qui a travaillé pendant 12 ans comme directeur technique du centre avant de le quitter en 2014, a affirmé avoir été témoin des abus sexuels du président à l’encontre des jeunes joueuses de moins de 18 ans et a déjà témoigné devant la Fifa.

“Dadou a commis des abus sexuels pendant de nombreuses années”, a-t-il déclaré. “Dadou profite de leur pauvreté. Les filles et les familles sont tellement pauvres. Le football est parfois leur seul moyen d’obtenir quelque chose dans leur vie”.

Jusqu’à présent, aucune des victimes ou témoins présumés n’a été préparée à ce que leurs noms soient publiés, mais Doret – qui est maintenant directeur du club de première division haïtienne Petit-Goâve – a déclaré au Guardian qu’il pensait qu’il était important de rendre les choses publiques.

“Il est temps pour moi de parler et je ne suis pas le seul”, a-t-il dit. “Je travaille avec certaines associations qui luttent pour les droits des femmes en Haïti. En parlant publiquement, je veux dire aux filles de parler aussi. Je comprends qu’elles aient peur parce que personne ne les a défendues. Mais il est temps de mettre fin à cette époque et de commencer quelque chose d’autre dans notre pays. Il est temps de rendre justice”.

Doret a également cité Nella Joseph, une employée du centre qui aurait contribué à faciliter les abus.

“C’est elle qui persuade la fille d’avoir des relations sexuelles avec Dadou”, a-t-il ajouté. “Elle est aussi responsable que lui. J’étais directeur du Centre Fifa-Goal [le centre national de formation de la Croix-des-Bouquets], je sais de quoi je parle”.

Voir aussi sur Yves Jean Bart :

Constant Haïti avec The Guardian

Afficher plus