Actualités

Arcahaie/Conflit terrien: Un mort, des maisons et plages incendiées, Rosemila Petit-Frère St-Vil explique

Plusieurs plages, maisons ont été incendiées à Carriès dans la commune de l’Arcahaie ce mercredi 20 mai 2020 par des personnes non identifiées. Un conflit terrien qui perdure depuis plus de 40 ans est à la base de cette situation, selon la mairesse Rosemila Petit-Frère St-Vil.

« Ce sont un ensemble de personnes dans une localité dénommée « Dumaran » qui réclament être propriétaires de 400 carreaux de terre et même toute la partie du côte des arcadins. Pourtant, il y a un ensemble de fermiers qui sont en possession de ces terres depuis 40 ans», précise Rosemila Petit-Frère St-Vil, mairesse de l’Arcahaie.

Selon la première citoyenne de l’Arcahaie, ce groupe de personnes ont l’habitude de venir à Carriès pour terroriser la population en brûlant des maisons, brutaliser des habitants de la zone. Ce mardi c’est le même scénario,en plus Franky Andréus a retrouvé sa mort lors de l’incident. Une fois, ils ont incendié l’église d’un pasteur ainsi que sa voiture, explique-t-elle.

Suite à ces actes, la population de Carriès paralyse les rues pour se faire justice et même la route Nationale numéro 1 n’était pas épargnée, raconte l’élue de l’Arcahaie. «Ces gens en possession des terres sont des fermiers de l’État. A mon avis, ils ont tort car par négligence ils refusaient de se faire enregistrer à la mairie puis se mettre en règle avec le fisc », reproche Rosemila Petit-Frère.

Ce groupe de gens prétendent être héritiers de leurs parents, avance la Mairesse. « Certes, il y avait une usine sur cette terre mais leurs parents ont été que des ouvriers de l’usine. Ils ne détenaient aucun titre de propriété, selon mon enquête », indique le membre de la FENAMH.

D’après le responsable de la mairie de l’Arcahaie, la police est impuissante face à ce problème car les policiers sont au nombre de 6 seulement à Carriès.

Rosemila Petit-Frère St-Vil invite le Ministère de la Justice et de la Population(MJSP) à se pencher sur ce dossier pour que lumière soit faite une fois pour toute, de rechercher les vrais propriétaires. Ces bandits doivent être arrêtés et jugés comme la police avait appréhendé Wilgert Saintelia, l’un de ces groupes qui se trouve toujours au pénitencier national. Les citoyens(nes) de l’Arcahaie ont le droit de vivre dans la paix, rappelle la Mairesse.

Evens Carrière, Journaliste©
Tel: (509) 37 05 00 12
Email: CARRIEREEVENS@yahoo.fr

18 Mai 1803 – 18 Mai 2020: 217 ans de la création du drapeau haïtien, Jovenel Moïse fait une adresse à la nation mais non pas à l’Arcahaie