«Des membres du haut commandement de la PNH ont l’habitude de violer des policières », témoigne Yanick Joseph

Publié par:
«Des membres du haut commandement de la PNH ont l'habitude de violer des policières », témoigne Yanick Joseph L'ex-coordonatrice du Syndicat de la Police National d'Haïti (SPNH), Yanick Joseph. Archives

L’ex-coordonatrice du Syndicat de la Police National d’Haïti (SPNH), Yanick Joseph a dénoncé le 22 juin 2020 dans la presse, le haut commandement de la Police Nationale d’Haïti (PNH) qui a sanctionné le commissaire Isaac, qui avait reçu sa lettre de démission ainsi que le policier Abraham du service de la logistique qui avait reçu ses matériels de travail. Selon l’ancienne policière, les responsables de l’Inspection Générale de la Police Nationale (IGPNH) veulent rédiger une correspondance antidatée en vue de faire savoir que Yanick Joseph a été plutôt révoquée. Au cours de son intervention, Mme Joseph informe que des policières sont souvent victimes d’actes malhonnêtes du haut commandement de l’institution policière.

«Des membres du haut commandement de la PNH ont l'habitude de violer des policières », témoigne Yanick Joseph

« La décision de remettre ma démission de la PNH est purement personnelle. De plus, cette décision dépasse ma volonté, ça vient du surnaturel, a expliqué l’ancienne policière de grade agent II. Il y a une grande différence entre ma perception de la PNH avant de devenir policière et mon expérience au sein de l’institution », a-t-elle souligné.

Des hauts gradés de la PNH qualifient des agents de police de fatras à l’intérieur du bâtiment de l’IGPNH a rapporté l’ex-policière de 34 ans. Des membres du haut commandement de l’institution policière ont l’habitude de violer des policières, a-t-elle révélé. « J’ai une collègue de travail qui m’avait confié qu’elle était en train de subir toutes sortes d’intimidations à cause d’un haut gradé qui lui courtisait », a raconté l’ancienne coordonnatrice du SPNH 17.

Rappelons que Yanick Joseph a remis sa démission de la PNH le 18 Juin 2020. Sa lettre et ses matériels de travail ont été apportés par son avocat.

Yanick Joseph affirme sans langue de bois, qu’elle n’est plus coordonnatrice du syndicat de la Police Nationale d’Haïti. Néanmoins, elle poursuit en précisant que les postes clés effectivement doivent être occupés par des policiers mais un (e) ancien(ne) policier(e) ayant aucun reproche de la part de la PNH peut être membre du SPNH, tels que les photographes, les conseillers. Le directeur de communication du SPNH est un civil et n’a jamais été policier, a-t-elle argué.

Il faut préciser que le mandat d’amener émis à l’encontre de Yanick Joseph est toujours debout, si on veut croire les autorités judiciaires.

L’ex-policier ayant passé 11 années à la PNH indique qu’elle sera toujours aux côtés des policiers. Elle est en étroite collaboration avec les membres du SPNH, a-t-elle laissé entendre. Dès qu’il y a revendication du respect des droits de l’homme, je monte toujours à bord et ceci n’importe où, poursuit l’ancienne Syndicaliste.

« Je souhaite avant tout du courage au peuple haïtien, aux policiers. Je reconnais que les policiers commettent parfois des écarts, ce qui est normal au regard du principe des rapports sociaux. Dans toute société, chacun reçoit une éducation familiale différente, a déclaré Yanick Joseph. Après 25 ans, la PNH a besoin de nouvelles stratégies. Il faut donner la place à la jeunesse où ils vont moderniser l’institution, utiliser la technologie tout en conservant l’expérience des anciens », a suggéré l’ancienne membre de la PNH.

Evens Carrière, Journaliste©
Tel: (509) 37 05 00 12
Email: CARRIEREEVENS@yahoo.fr

Article Précédent

Bolivie : Les élections présidentielles prévues pour le 6 septembre prochain

Article Suivant

Les responsables de la PNH qui ont reçu la lettre de démission et les matériels de travail de Yanick Joseph sont sanctionnés par l’IGPNH, a fait savoir l’ex-coordonnatrice du SPNH

error: Content is protected !!