Haïti / Crise Post-Jovenel Moïse : Arnel Bélizaire formule une proposition de sortie de crise

broken images

La formation d’un conseil national de gouvernement transitoire, est la seule solution pouvant sortir le pays de la crise à laquelle il fait face, analyse l’ancien député Arnel Belizaire lors d’une intervention médiatique le 17 janvier 2022. Il a dénonce dans la lignée, la présence du Dr Ariel Henry à la tête de la Primature, suspecté dans l’assassinat du président Jovenel Moïse.

Arnel Belizaire argumente : « J’ai aucun problème personnel avec Ariel Henry. Des informations veulent faire croire qu’il avait hébergé l’un des présumés assassins clés de Jovenel Moïse, à savoir Joseph Félix Badio. De plus, il aurait participé dans les démarches visant à faciliter la fuite de John Joël Joseph, un autre présumé assassin du président Moïse. Je m’inscris dans une bataille de classe. Tous ceux qui sont soupçonnés d’une façon ou d’une autre dans l’assassinat du président Jovenel Moïse doivent répondre aux questions de la justice ».

L’ancien militaire poursuit en déclarant que seul un conseil national de gouvernement transitoire(CNG), avec un gouvernement de rupture peut retirer Haïti de l’actuelle impasse.

« Le conseil national de gouvernement transitoire sera formé de cinq (5) membres. La proposition de Me Osner Fevry sera présentée à la nation tout en allant à la rencontre des signataires du consensus MONTANA /PEN. Je suis en concertation permanente avec d’autres acteurs afin de trouver un protocole d’entente pour le vrai accord voulu, autour du CNG », explique l’ancien prisonnier politique jouissant d’une mainlevée de la justice haïtienne.

Arnel Belizaire rappelle qu’en 1986, le pays était divisé, l’armée, la classe politique, la société civile étaient impuissantes. Ensemble, poursuit-il, nous avons trouvé un compromis, formé un conseil national de gouvernement et nous avons à la fin rétabli l’autorité de l’État.

« Nous ne pouvons pas utiliser ni la loi, ni la constitution en ce moment. Aujourd’hui nous nous retrouvons dans une situation plus grave, plus sale et plus triste Contrairement à la situation de 1986. La meilleure formule c’est d’utiliser les précédents. La création d’un conseil national de gouvernement transitoire (CNG), est la solution, plaide Arnel Belizaire ».

Evens CARRIÈRE, Journaliste