Haïti: décrédibilisé, Me André Michel est l’un des politiciens les plus détestés

Mikélo ALCIMAT

Connu pour son franc-parler et ses discours extrémistes des années 2018 contre le pouvoir de Jovenel Moïse, l’avaocat André Michel, membre fondateur du regroupement politique dénommé Secteur Démocratique et Populaire (SDP), est l’homme politique le plus ridiculisé et détesté en Haïti ces derniers mois.

L’assassinat du feu président Jovenel Moïse au pouvoir, et contre lequel Me André Michel se battait en guerrier indomptable, est considéré comme point de départ de la découverte du vrai visage de l’homme de loi : le réactionnaire-manipulateur aguerri, Me André Michel.

Les émeutes du 6 au 7 Juillet 2018, après la révision à la hausse des prix de produits pétroliers ont mis au devant de la scène politique Me André Michel, qui se révendique comme l’avocat ultime des gens crasseux dans le pays. Du coup, prétend défendre le peuple dans ses actions.

Le président Jovenel Moïse, sous la pression des rues s’est forcé de retourner sur sa décision d’augmenter de 15 gourdes le gazoline à la pompe. La victoire de l’avocat du peuple, ayant les antennes de presque toutes les stations de Radio et de télévision de la métropole, pour divulguer ses discours extrémistes contre le pouvoir en place.

Pour lui et sa bande politique du SDP, entre autres, Majorie Michel, Nenel Cassy, Schiller Louidors, même les dents du SEM Jovenel Moïse ne sont pas blanches. Elles sont noires. Le criminel par excellence du pays, le voleur et violeur du trésor public. Il est le menteur le plus rusé du territoire National. Voilà comment le chef d’État a été publiquement peint par les politiciens de l’opposition de 2016 à juillet 2021.

Les politiciens de la saison Jovenel Moïse ont bloqué toutes portes de négociations avec le président, malgré ses appels, jugés menteux aux protaganistes. Car, il était la bête noire empêchant tout développement économique du pays. Donc, il faut le chasser à la tête de la République à tout prix. Et, l’homme qui incarnait toutes ces politiques d’extrèmes droites en Haïti, est Me. André Michel, le porte-parole, fondateur du SDP avec sa voix claire et percutante.

LIRE AUSSI>>  La remontée de l'insécurité préoccupe le SDP

Si l’ancien président Jovenel Moïse se donne des raisons constitutionnelles pour renvoyer le tiers du Sénat au début de l’anné 2020, il n’a pas eu cependant la rationalité politique pour les remplacer aux urnes comme le veut la Constitution du pays. Durant tout son mandat, le président n’a organisé aucune élection pour renouveler les personnels politiques. Ce qui aurait justifié le lebel « apprenti-dictateur » déposé sur son dos. Encore plus, il a décidé de poursuivre son mandat légal, dit-il, jusqu’en février 2022. L’abcès sur le clou, il n’arrivera pas.

Ses opposants politiques manœuvrent tout pour le renverser. Boycotage, panique quotidien dans les rues, incendies des biens publics(…).

Assassiné avant le terme de son mandat, le président est vite laissé de côté. Il n’est plus là pour nuire à aucun. Ses opposants d’hier partagent maintement le pouvoir, avec l’un de ses dévoulus, M Ariel Henry, avant de fermer brutalement les yeux sous les coups et les balles des tueurs à gages.

Sans gêne ni décence politique, l’ancienne opposition à Jovenel Moïse dit mener cinq (5) à zéro (5-0), après avoir partagé le butin. Alors que ce qu’ils critiquaient au pouvoir d’alors, reste et demeur intact: L’insécurité généralisée, la vie chère, etc. Bien qu’ils soient eux-mêmes au timon des affaires de l’État.

Aux yeux de cette population miséreuse, l’ancienne opposition n’est q’un amas de bluffer politique, particulièrement l’avocat André Michel. Ce dernier, est partout ridiculisé, injurié.

Mikélo ALCIMAT, journaliste

TAGGED:
Share this Article