Accueil Actualités Haïti : La démission d’un Premier ministre comme concession n’est pas trop pour une sortie de crise, estime le prêtre Marc Henry Siméon

Haïti : La démission d’un Premier ministre comme concession n’est pas trop pour une sortie de crise, estime le prêtre Marc Henry Siméon

Par Evens CARRIÈRE
A+A-
Reset
Constant Haïti

Interrogeant le prêtre Marc Henry Siméon, au cours d’une interview vendredi 9 février 2024 au sujet de la note de la conférence des Évêques Catholique d’Haïti (CEH), qui appelle le Premier ministre Ariel Henry à prendre une décision de sagesse, le religieux n’estime pas que la démission d’un Premier ministre est trop pour une sortie de crise.

« Si c’est la décision qui doit conduire à la sortie de crise, qu’est-ce qui pourrait empêcher de faire cette concession par-delà la volonté de continuer à garder un pouvoir », analyse le prêtre Marc Henry Siméon tout en précisant qu’une telle décision impose avant tout, une entente du côté des acteurs concernant la gouvernance du pays dans le futur.

Le leader religieux pense que la situation d’Haïti actuelle est critique et alarmante. Certains problèmes durent trop de temps, surtout l’insécurité, regrette-t-il tout en critiquant l’endurcissement de certains acteurs.

L’intransigeance de plusieurs groupes bloque toute issue pouvant conduire à une sortie de crise. Chaque groupe privilégie ses intérêts au lieu de l’intérêt collectif. La responsabilité première incombe aux dirigeants mais tous les acteurs sont concernés de façon générale car chacun a un niveau de responsabilité, argumente le prêtre.

Marc Henry Siméon s’adresse à l’actuel gouvernement en disant : « On ne peut pas gouverner un peuple contre sa volonté. De plus, on ne gouverne pas dans l’indifférence, sans la clairvoyance et le réalisme car on est au service de la population. Il faut écouter les revendications de la population tout en suivant la réalité. On a pour devoir de s’engager à améliorer le quotidien de la population sinon il faut tirer les conclusions d’un constat d’échec ».

Dans la lignée, l’homme de Dieu indique que l’église n’écarte pas la possibilité d’être un médiateur en cas de nécessité moyennant les règles de la médiation sont définies à l’avance. L’église doit être disposée à jouer son rôle prophétique et d’acteur social, ajoute le prêtre Marc Henry Siméon.