Haïti| Pamela White : «Il faut des bottes sur le terrain»

1

Pour discuter de la crise en Haïti, des représentants de la société civile haïtienne et l’ancienne ambassadrice américaine en Haïti Pamala White, ont été invités à participer jeudi 29 septembre 2022, à une audition devant la Commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants des États-Unis (House Committee on Foreign Affairs). Lors de cette audition, l’ambassadeur White a mis l’accent sur la nécessité d’une intervention militaire en Haïti pour rétablir l’ordre. 

« Haïti à la croisée des chemins : Réponses de la société civile pour une solution pilotée par les Haïtiens », était le thème d’une audition à laquelle participaient l’activiste Vélina Élysée Charlier Marie Rosy Auguste Ducéna du RNDDH, Alermy PIERVILUS la POHDH et l’ancienne ambassadrice des États-Unis en Haïti Pamela A. White. Lors de cette discussion, l’ex ambassadeur américain en Haïti, madame Pamela Ann White a plaidé pour une intervention militaire en Haïti afin de rétablir la sécurité. « Il faut des bottes sur le terrain », a-t-elle insisté lors de cette réunion spéciale sur le cas d’Haïti à la Chambre des représentants.

Le pays fait face une montée vertigineuse de la situation d’insécurité où toutes les axes stratégiques du territoire sont contrôlés par des gangs armés. Des mouvements de protestations sont régulièrement organisés contre notamment l’insécurité, la vie chère et la rareté des carburants à la pompe, des situations qui conditionnent le quotidien de la population haïtienne créant une instabilité continue. En novembre 2019, la Commission Nationale de Désarmement et de Réinsertion, a rapporté que l’on dénombrerait en Haïti, « 96 groupes armés et 500 000 armes seraient en circulation sur le territoire. Les chefs de gangs auraient des relations avec des membres du pouvoir, des membres du secteur privé et un secteur de l’opposition. »