Jovenel Moïse admet qu’il a l’habitude de négocier la paix avec certains commanditaires de l’insécurité

Evens CARRIÈRE

Le président de la République, Jovenel Moïse confie ce vendredi 9 Octobre 2020 à la presse, qu’il a l’habitude de négocier la paix avec certains commanditaires de l’insécurité. La stabilité n’est pas avantageuse en tout temps, indique l’un des commanditaires à Jovenel Moïse, rapporte le chef de l’État.

« M konn fè mwa m paka dòmi, m oblije ap pale ak kèk gwo nèg pou m ap mande lapè », laisse entendre le chef de l’État. Il ont un slogan poursuit le numero 1 de la nation. « Je nage dans des eaux troublées ».

Le locataire du Palais national enchaîne en invitant les gardiens de l’insécurité à venir maintenant baigner car les eaux sont claires. Dans la lignée, Jovenel Moïse explique que certaines déclarations dans les médias, sur les réseaux sociaux ne sont pas justes. Il y a des vérités qui ne sont pas dévoilées.

Parallèlement, au cours de ce vendredi marquant 8 jours de l’assassinat de l’étudiant Grégory Saint-Hilaire au sein de la faculté de l’École Normale Supérieure (ENS) par des agents de l’unité de la sécurité générale du palais national (USGPN). Le président Moïse adresse ses sympathies à l’encontre de la famille Saint-Hilaire et de ses camarades.

LIRE AUSSI>>  Affaire Jovenel Moïse:  33 agents de la PNH révoqués et d'autres mis en disponibilité

Je ne suis las satisfait à propos de l’insécurité. Ça fait 8 jours depuis l’assassinat de l’étudiant Grégory Saint-Hilaire, pourtant les circonstances ne sont pas encore élucidées », regrette le chef de la diplomatie haïtienne.

Nous ne pouvons pas vivre dans l’impunité, la vérité doit être connue, martèle le premier citoyen haïtien en profitant de dire aux étudiants protestataires, qu’il entend leurs cris, qu’il comprend leurs frustrations car il était passé par là. « Créons malgré tout, de la sécurité », conseille-t-il aux étudiants.

Evens CARRIÈRE, Journaliste
Tel: (509) 37 05 00 12

Share this Article