Au Président Jovenel Moïse de mettre son mandat sur la table avec les 2 options: 2021 ou 2022 (Evans Paul)

Publié par:
Au Président Jovenel Moïse de mettre son mandat sur la table avec les 2 options: 2021 ou 2022 (Evans Paul)

Mandat Jovenel Moïse : Un dialogue au centre est nécessaire où le Président de la République mettra son mandat sur la table avec les deux options ; 2021 ou 2022, estime Evans Paul.

Au Président Jovenel Moïse de mettre son mandat sur la table avec les 2 options: 2021 ou 2022 (Evans Paul)Depuis environ deux mois, la date de la fin du mandat du président Jovenel Moïse fait l’actualité. Pour le pouvoir en place, le mandat de Jovenel Moïse arrivera à terme le 7 février 2022, en faisant référence à l’article 134 de la constitution. Les membres de l’opposition évoquent de leur côté, l’article 134-2 pour justifier que le mandat du Président de la République va arriver à terme le 7 février 2021.

L’ancien Premier Ministre Evans Paul, déclare lors d’une intervention dans la presse ce mardi 16 juin 2020 que seul un dialogue au centre peut éviter le pays de ce chaos à venir. D’après « k-plume », au moment de ce dialogue, Jovenel Moïse doit admettre de mettre son mandat présidentiel sur la table avec les deux dates en question.

« C’est grave, le problème a un caractère purement arithmétique. Maintenant nous faisons appel aux blancs pour qu’ils nous disent si 5 vient après 4, si 5 précède 6 ou si 4 est équivalent à 5 », fustige le politicien d’entrée de jeu, avant d’ajouter que l’OEA et l’ONU font partie des problèmes d’Haïti.

C’est un problème de fonctionnement qui surgit car les arguments dans les deux camps sont fondés et logiques, croit K-P. La constitution, poursuit-il, est le problème fondamental. Il faut résoudre d’abord le problème de la constitution, indique l’ancien chef du gouvernement. Qui peut trancher sur ce dossier du mandat présidentiel ? Se questionne Evans Paul. Il n’est autre qu’un dialogue dirigé par une tierce personne mais coordonné par Jovenel Moïse malgré son déficit de crédibilité, car il est toujours le président de la République, alors c’est sa responsabilité, argue « K-plume ».

« Prenons les deux scénarios : arriver le 7 février 2021, Supposons le président a tout remis donc il va y avoir une transition. Arriver le 7 février 2022 sans l’organisation des élections, ce sera toujours une transition. Dès qu’il y a transition, le prochain président élu ne pourra jamais faire cinq (5) ans de gouvernance, explique Evans Paul. Selon lui, tous ceux qui ont des réflexions contraires doivent se mettre autour d’une table pour aider à résoudre ensemble le problème de la loi mère de la république ».

K-Plum souligne dans tout État démocratique, les mandats des élus sont fixés à l’avance mais en Haïti pour chaque fin de mandat, il faut qu’ils aient des conflits.

« Si le président de la République était à la hauteur de la fonction, le pays ne serait pas dans cette situation. L’opposition de son côté a le même problème, elle n’arrive jamais à développer un leadership. En conclusion, c’est une crise sociétale », déclare l’ancien PM.

Evens Carrière, Journaliste©
Tel: (509) 37 05 00 12
Email: CARRIEREEVENS@yahoo.fr

Article Précédent

Jovenel Moïse entame des démarches pour une réforme constitutionnelle

Article Suivant

Fin de mandat de Jovenel Moïse : Joseph Jouthe livre son calcul arithmétique