La GIPA sensibilise des journalistes sur les thématiques liés à la Covid-19, aux Droits de l’homme et aux VBG

Mikélo ALCIMAT

L’Organisation Internationale de la Grande Implication des Personnes Infectées et Affectées par le VIH/SDA, (GIPA), a organisé, en partenariat avec le Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD) et la Fondation pour la Santé Reproductrice et l’Éducation Familiale (FOSREF), une séance de formation pour une vingtaine de journalistes en son local situé dans la Commune de Delmas, le Jeudi 30 Juin 2022. Les journalistes qui étaient présents ont été renseignés par les intervenants sur des thématiques liés au coronavirus, aux “violences basées sur le genre” (VBG), aux Droits Humains, à la stigatisation et la discrimination. Cette activité de la GIPA fait partie d’un programme de vulgarisation ciblée visant à informer davantage des secteurs clés de la société pour une meilleure approche et propagation des thèmes abordés.

À tour de rôle M. Miwatson Saint-jour, formé en santé communautaire et journaliste et M Anel Dorléan spécialiste en Développement Environmental et Directeur d’Officier de la GIPA, constituent le panel de formateur à cette séance. Chacun dans leurs domaines respectifs, ont essayé d’éclairer les participants sur les manières de comprendre et d’aborder les thématiques faisant l’objet de la formation.

Dans sa prise de parole, M. Miwatson a partagé les données et renseignements disponibles sur le coronavirus. Il s’est intéressé à priori, à l’historicité de la Covid-19, les symptômes, les méthodes de préventions et les statistiques disponibles sur cette maladie contagieuse. De la définition du concept « SARS-Covid-19 » au pays d’origine de la pandémie, le spécialiste en santé communautaire s’évertue à démontrer l’existence réelle du coronavirus en Haïti.

LIRE AUSSI>>  Le représentant de l'organisation politique « Fanmi Lavalas » se retire du BSA

«Il y a seulement deux façons qu’on peut être infecté du coronavirus : être en contact avec une personne déjà contaminée et touchée tout objet infecté par le virus», a indiqué M. Miwatson. Et, les méthodes de prévention peuvent se résumer en quelques points puisque le virus pénètre dans le corps par trois orifices: L’oeil, l’oreil et le narine. Donc, prévenir le coronavirus demande qu’on couvre ces orifices du corps, se mettre à distance des personnes  contaminées, nettoyer quotidiennement les éléments qu’on se sert et, enfin, on peut tout simplement se faire vacciner.

De son côté M. Anel Dorléan met l’accent sur la stigmatisation, la discrimination et les violences basées sur le genre dont subissent certaines catégories sociales. Leurs origines, applications, conséquences et les mesures qu’il faut prendre pour pallier ces problèmes sociaux, sont entre autres les éléments constituant le fond du débat qu’a ouvert l’intervenant avec ses interlocuteurs.

Combattre la stigmatisation et la discrimination, à en croire monsieur Dorléan, il nous faudrait trois éléments fondamentaux: Une campagne d’éducation professionnelle, éducation ciblée et une éducation de l’opinion publique.

La GIPA est une organisation internationale qui évolue depuis 2003 en Haïti regroupant les citoyens qui ont été infectés ou affectés du VIH/SIDA, a communiqué Mme Marie Dominique Beauzil, dite Manite, Directrice Générale de cette structure. 

Mikélo ALCIMAT,  journaliste

Share this Article
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.