ActualitésDiplomatie

Le gouvernement canadien envisage de punir les gangs en Haïti

Constant Haïti, le 5 octobre 2022.-

Plus de quatre semaines après le blocage du pays par des mouvements populaires émaillés de scènes de violence, pour réclamer entre autres, la démission de l’actuel gouvernement ayant à tête le PM Ariel Henry et la baisse des prix des produits de première nécessité, plusieurs ambassadeurs de pays considérés comme amis d’Haïti dont le Canada, disent vouloir apporter une réponse à la crise qui gangrène le pays.

La cheffe de la diplomatie canadienne Mélanie Joly, estime que l’impunité, la corruption et les gangs sont les responsables directs des maux de la population haïtienne. Son gouvernement s’apprête à attaquer les gangs ainsi que leur commanditaires, à en croire la diplomate lors de son passage à l’Organisation des États Américains (OEA) à Lima, la Capitale péruvienne.

La difficulté du terminal de Varreux, située dans la commune de Cité-Soleil, à livrer le carburant malgré l’ajustement des prix, est la plus préoccupante aux yeux de ces ambassades qui semblent s’engager réellement la cause haïtienne. En effet, pour le Canada, l’urgence d’aujourd’hui c’est de négocier une trève humanitaire permettant de débloquer le terminal Varreux. Ce port est pris d’assaut par les bandits du groupe G9 anfanmi ak alye (forces révolutionnaires G-9), depuis le début des vagues de déferlement des gens dans les rues, qui de leur côté exigent la fin du règne des oligarques (corrompus). D’après Mme Mélanie Joy cela empêche le fonctionnememt des centres hospitaliers et les entreprises en Haïti.

En fin de compte les autorités américaines er mexicaines sont sur le point de mettre en place un plan de résolution, lequel selon la diplomate Mélanie est actuellement à l’étude au Conseil de sécurité des Nations unies. Ce plan pourrait être mis au vote le 21 octobre 2022 et s’attaquera aux gangs et leurs commanditaires. De ce fait, les sanctions, prévues par ces nations se mettant au commande de la résolution de la situation de tension en Haïti viseraient des personnes qui participent à la corruption et qui sèment la violence. L’impunité a assez duré », soutient la ministre Joly, sans vouloir s’avancer sur le type de personnes ou d’entités qui pourraient se retrouver sur une liste canadienne.

Désactivez votre bloqueur de publicités pour continuer et encourager notre travail

Merci de votre intérêt à lire sur notre site. Cependant nous avons détecté qu'un bloqueur de publicités est activé sur votre appareil. Merci de mettre notre site sur liste blanche dans votre bloqueur d'annonces. Nous n'avons aucun financement. Les publicités nous aident à poursuivre notre travail.